Ukraine – Russie: Kiev appelle l’Otan à accélérer son adhésion
Publié

Ukraine – RussieKiev appelle l’Otan à accélérer son adhésion

Le président ukrainien a appelé mardi l’Otan à accélérer l’adhésion de son pays, afin d’envoyer un «signal» à la Russie. Pour le Kremlin, cela ne ferait qu’«empirer» le conflit dans l’est de l’Ukraine.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg.

AFP

Le président ukrainien a appelé mardi l’Otan à accélérer l’adhésion de son pays afin d’envoyer un «vrai signal» à la Russie, qui a aussitôt protesté sur fond de tensions croissantes autour de la guerre dans l’est de l’Ukraine.

«L’Otan, c’est la seule voie vers la fin de la guerre dans le Donbass», territoire de l’est du pays en proie à un conflit avec des séparatistes pro-russes, a écrit le président Volodymyr Zelensky dans un tweet adressé au secrétaire général de l’Alliance Jens Stoltenberg, après leur entretien téléphonique. «Le Plan d’action pour l’adhésion sera un vrai signal à la Russie» a-t-il ajouté.

Quelques minutes plus tard, le Kremlin a déclaré qu’une entrée de Kiev dans l’Alliance aggraverait le conflit entre séparatistes pro-russes et forces ukrainiennes. «Nous doutons fort que cela puisse aider l’Ukraine à régler son problème intérieur. De notre point de vue, cela empirera encore la situation», a estimé auprès des journalistes Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe.

Tensions russo-ukrainiennes

La Russie n’a cessé de dénoncer l’extension vers l’est de l’Otan, alliance militaire dirigée par les États-Unis, comme une menace pour sa sécurité.

L’appel de Volodymyr Zelensky intervient en pleines tensions russo-ukrainiennes accrues, Kiev accusant la Russie de rassembler des soldats et du matériel à ses frontières nord et est, ainsi que dans la péninsule de Crimée, annexée par la Russie.

Ces échanges verbaux musclés et la multiplication des heurts armés avec les séparatistes pro-russes dans le Donbass laissent craindre une escalade du conflit qui a débuté en 2014.

Lors de sa conversation avec le président ukrainien, Jens Stoltenberg a exprimé lui sa «vive préoccupation concernant les activités militaires de la Russie en Ukraine et dans les environs», a-t-il indiqué sur Twitter.

MAP

L’Ukraine avait annoncé en décembre qu’elle espérait rejoindre en 2021 le Plan d’action en vue de l’adhésion (MAP) à l’Otan, une étape préliminaire à l’entrée, malgré l’opposition de Moscou et sa guerre avec les séparatistes dont la Russie est considérée comme le parrain militaire.

Soutenus notamment par les États-Unis, la Pologne et les pays Baltes, l’Ukraine et la Géorgie, qui coopèrent étroitement avec l’Alliance, affichent depuis des années leur ambition d’adhérer à cette organisation. Kiev et Tbilissi espéraient ainsi rejoindre le MAP lors d’un sommet de l’Otan en mai 2008 à Bucarest, mais plusieurs capitales occidentales, notamment Paris et Berlin, n’ont pas soutenu cette idée pour ménager la Russie.

Trois mois plus tard, une guerre éclair a éclaté entre la Géorgie et la Russie, se soldant par une défaite de Tbilissi. En 2014, Moscou a annexé la péninsule ukrainienne de Crimée, après une révolution pro-occidentale en Ukraine. Quelques semaines plus tard, l’est du pays s’est retrouvé en proie à une conflit avec des séparatistes pro-russes.

Cette guerre a fait plus de 13’000 morts et près de 1,5 million de déplacés. L’intensité des combats a largement baissé après des accords de paix conclus en 2015, mais le processus politique n’avance guère depuis.

(AFP)

Ton opinion