Guerre en Ukraine: Kiev dénonce le «kidnapping» des enfants transférés en Russie

Publié

Guerre en UkraineKiev dénonce le «kidnapping» des enfants transférés en Russie

En Sibérie, des Russes s’occupent de cinq enfants ukrainiens, provenant de territoires ukrainiens occupés. Kiev parle de «kidnapping» concernant le sort de ces bambins ainsi déplacés.

Roman Vinogradov avec les enfants dont il s’occupe.

Roman Vinogradov avec les enfants dont il s’occupe.

AFP

Au milieu de la Sibérie, Roman Vinogradov joue avec un groupe d’enfants, tandis que sa femme, Ekaterina, lit une histoire aux plus petits. Des 16 enfants dont ils s’occupent, cinq viennent de territoires ukrainiens occupés par la Russie. Le couple, rencontré par l’AFP à Novossibirsk à trois mille kilomètres de l’Ukraine, dit que leur mission est simple: aider ces «enfants dans le besoin».

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, des organisations internationales accusent les autorités russes d’orchestrer le «déplacement forcé» de milliers de mineurs ukrainiens, ce que le président Volodymyr Zelensky a qualifié de crimes de guerre et contre l’humanité, y voyant des «enlèvements», des «adoptions forcées» et de la «rééducation» d’Ukrainiens.

«Je n’ai volé personne»

La Russie, bien sûr, affirme protéger des enfants «réfugiés». «Qu’est-ce que ça veut dire «voler»? Je n’ai volé personne», insiste Roman Vinogradov, et les enfants «ne pensent pas non plus avoir été volés». Lui et son épouse racontent à l’AFP comment ils se sont retrouvés depuis l’été 2022 en charge de cinq enfants ukrainiens, qui se sont ajoutés à leurs quatre enfants et à sept autres placés dans leur famille.

Tous sont originaires de Lougansk, une des régions occupées par la Russie, et où Moscou a parrainé un conflit armé dès 2014 en y soutenant des séparatistes. Les services sociaux russes «nous ont appelés pour nous demander: «Est-ce que vous voudriez prendre des enfants d’Ukraine?» se souvient Ekaterina Vinogradova. «On a dit: «OK, nous les accueillerons»», poursuit cette femme de 38 ans. «Quelle différence cela fait-il? Les enfants restent des enfants. Leur nation n’importe pas», argue-t-elle.

Le couple héberge donc depuis six mois cinq enfants ukrainiens, quatre filles et un garçon âgés de trois à douze ans. Tous ont la même mère, qui a été privée de son autorité parentale, et des pères différents.

«Temps des questions»

Les journalistes de l’AFP ont vu ce quintuor de demi-sœurs et frère ukrainiens s’amuser en compagnie des autres enfants, faisant de la luge par exemple, ou alors aidant aux corvées, en déblayant la neige autour de la maison ou en assistant à la préparation du repas.

Selon des documents vus par l’AFP et signés des autorités de Lougansk, territoire dont Moscou revendique aujourd’hui l’annexion, les cinq enfants étaient placés dans différentes institutions de la région de Lougansk avant d’être transférés en Russie puis placés chez les Vinogradovs.

Selon Roman, les enfants ne se souviennent plus de leur mère. «Le temps viendra où ils poseront des questions (sur leur passé). Alors on entreprendra des recherches. Peut-être que l’on organisera une rencontre», poursuit Ekaterina. Roman explique que les enfants ont besoin de temps pour se sentir rassurés dans leur nouvelle maison.

«Est-ce que tu viens vraiment ou pas?»

Au jardin d’enfants, «ils s’inquiétaient de savoir si on viendrait les chercher», raconte-t-il. «Ils demandaient: «quand est-ce que tu viens (nous chercher)» et «est-ce que tu viens vraiment ou pas ?». Selon le droit international, aucune partie à un conflit ne peut évacuer des enfants vers un pays étranger, sauf temporairement pour des raisons impérieuses de santé ou de sécurité.

Dans un rapport publié lundi, l’ONG Human Rights Watch (HRW) a appelé à un «effort international concerté» pour permettre le retour de ces enfants en Ukraine. «Le retour des enfants illégalement enlevés par les forces russes devrait être une priorité internationale», a appuyé Bill Van Esveld, directeur associé aux droits de l’enfant à HRW.

«Des preuves» selon Kiev

De son côté, Kiev accuse Moscou de mentir pour cacher ces mineurs et rendre leur retour impossible. Les Russes «refusent de reconnaître que ces enfants ont été déportés. La Russie cache nos enfants», a martelé encore la semaine dernière Daria Guerassimtchouk, la commissaire à l’Enfance de la présidence ukrainienne. Selon elle, l’Ukraine a identifié 43 centres en Russie accueillant ces mineurs.

Les enfants sont «déplacés (de ville en ville) tout le temps», dit-elle à l’AFP, «nous avons des preuves de l’ampleur des efforts entrepris par la Russie pour rendre impossible la réunification des familles». Selon Daria Guerassimtchouk, c’est «faux de dire que seuls des orphelins ont été emmenés en Russie».

(AFP)

Ton opinion

50 commentaires