Russie: Kiev ne paie pas sa dette, Moscou porte plainte
Actualisé

RussieKiev ne paie pas sa dette, Moscou porte plainte

Un tribunal britannique a été saisi par le ministère des Finances. En cause: les 3 milliards que l'Ukraine doit à la Russie.

Une image du président russe Vladimir Poutine.

Une image du président russe Vladimir Poutine.

photo: Keystone

La Russie a annoncé mercredi avoir porté plainte contre l'Ukraine devant un tribunal britannique après son refus de rembourser un prêt de trois milliards de dollars accordé par Moscou. «Aujourd'hui, le ministère russe des Finances a déposé une plainte contre l'Ukraine auprès de la Haute cour de justice de Londres pour le recouvrement des sommes prêtées, pour un montant de 3 milliards de dollars (quelque 2,98 milliards de francs), et pour une compensation des frais de justice», a indiqué le ministre des Finances, Anton Silouanov, cité par l'agence Interfax.

Anton Silouanov a précisé que cette décision a été prise après «de multiples tentatives infructueuses d'amener l'Ukraine à un dialogue constructif sur la restructuration de sa dette et à admettre que les obligations détenues par la Russie constituent un prêt officiel».

«Nous avons dit à de nombreuses reprises que nous étions prêts à discuter d'un règlement (à l'amiable) de la dette ukrainienne. Malheureusement, l'Ukraine n'était pas prête à mener des pourparlers honnêtes, auxquels le FMI et nous les avons conviés», a-t-il poursuivi.

Bisbille autour de la dette

Moscou avait annoncé dès décembre son intention d'engager des poursuites judiciaires contre l'Ukraine pour ce prêt de trois milliards de dollars accordé en 2013 au régime pro-russe du président déchu Viktor Ianoukovitch, quelques semaines avant son renversement et sa fuite en Russie.

L'Ukraine avait annoncé le 18 décembre qu'elle refusait de rembourser cette dette, qu'elle considère non pas comme une dette souveraine (d'État à État), mais une dette commerciale car apportée via une opération sur les marchés financiers.

Les autorités ukrainiennes exigent en outre que Moscou accepte d'effacer une partie de la dette à hauteur de 20% comme l'ont fait les créanciers privés (banques, fonds d'investissements...), mais la Russie refuse, proposant simplement d'étaler le remboursement sur trois ans. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion