Corée du Nord: Kim Jong-un a fait exécuter 15 responsables

Actualisé

Corée du NordKim Jong-un a fait exécuter 15 responsables

Le dirigeant nord-coréen a ordonné la mise à mort de 15 dignitaires du régime cette année, dont certains pour s'être plaints des politiques mises en oeuvre par le dictateur.

1 / 206
07.07.2016 La Corée du Nord a estimé vendredi que les sanctions financières prises la veille par Washington contre Kim Jong-Un équivalaient à une «déclaration de guerre».

07.07.2016 La Corée du Nord a estimé vendredi que les sanctions financières prises la veille par Washington contre Kim Jong-Un équivalaient à une «déclaration de guerre».

AP/Wong Maye-e
06.07.2016 Les Etats-Unis ont annoncé mercredi des sanctions financières contre le leader nord-coréen Kim Jong-Un pour violations des droits de l'homme.

06.07.2016 Les Etats-Unis ont annoncé mercredi des sanctions financières contre le leader nord-coréen Kim Jong-Un pour violations des droits de l'homme.

epa/Kcna
02.06 Le communiqué publié par l'ONU mercredi condamne les deux tirs d'avril ainsi que celui conduit mardi qui s'est soldé par un nouvel échec.

02.06 Le communiqué publié par l'ONU mercredi condamne les deux tirs d'avril ainsi que celui conduit mardi qui s'est soldé par un nouvel échec.

Kcna

Parmi eux figuraient deux personnalités qui avaient rang de vice-ministre, a rapporté l'agence sud-coréenne Yonhap, qui cite des députés ayant assisté à une réunion d'information des services de renseignements nationaux (NIS). Ils ont été exécutés parce qu'ils s'étaient plaints des directives du jeune dirigeant nord-coréen, ont expliqué les députés.

La dynastie communiste au pouvoir règne d'une main de fer sur ce pays hermétique et secret depuis plus de six décennies et le culte de la personnalité y est abondamment pratiqué. D'après le NIS, Kim Jong-un ne fait qu'imiter son père et son grand-père et mène régulièrement des purges et des exécutions pour s'assurer discipline et fidélité.

Fin 2013, il avait fait exécuter son oncle et ancien mentor, Jang Song-thaek, accusé entre autres de corruption et de trahison. Jang avait aidé le dirigeant nord-coréen, qui était alors inexpérimenté, à consolider son pouvoir lorsqu'il avait succédé à son père Kim Jong-il en décembre 2011. D'après les analystes, Kim Jong-un pourrait avoir pris ombrage de son influence au bout d'un moment. (afp)

Ton opinion