Actualisé 26.07.2012 à 09:25

Corée du Nord

Kim Jong-un et sa femme auraient déjà un enfant

Des médias coréens assurent que les noces du leader nord-coréen et de son amie auraient été célébrées en 2009. Un an plus tard, les deux tourtereaux auraient eu un enfant.

de
cga

Les médias officiels nord-coréens – les seuls autorisés dans cette dictature – ont rapporté mercredi soir que la jeune femme élégante et souriante apparue en public aux côtés de Kim Jong-un à plusieurs reprises, s'appelait Ri Sol-ju et qu'elle était sa femme. Ils n'ont fourni aucun autre détail, sur l'épouse, la date du mariage, ou l'existence d'une progéniture. Mais cette annonce à elle seule est surprenante dans ce pays, un des plus secrets et reclus de la planète.

Une chanteuse

La presse sud-coréenne se perdait jeudi en conjectures sur la jeune femme aux cheveux courts, dont tous les quotidiens s'accordent à dire qu'il s'agit d'une chanteuse. Elle se serait produite devant Kim Jong-un et son père lors d'un concert du Nouvel-An 2010 et aurait attiré l'attention du fils, selon le «Chosun Ilbo». «Il est possible que Jong-un l'ait choisie comme épouse après l'avoir vue lors du concert», indique une source anonyme citée par le quotidien.

Formation de six mois pour se préparer

Elle aurait ensuite suivi une formation de six mois pour la préparer à ses fonctions, à l'Université Kim Il-sung, l'établissement le plus prestigieux du pays. Un autre journal, le «Don-A Ilbo», affirme, lui, que les deux jeunes gens sont mariés depuis 2009 et ont eu un enfant en 2010. La jeune femme, fille d'un universitaire et d'une médecin, est originaire de la province du Hamkyong du Nord (nord-est du pays), ajoute-t-il.

Mariage en 2009

Le mariage a eu lieu en 2009, a affirmé le député sud-coréen Jung Chung-rai, citant des informations données par les services secrets sud-coréens lors d'une séance parlementaire à huis clos. Ri Sol-ju est née en 1989, a étudié le chant en Chine et s'est rendue en 2005 en Corée du Sud, à Incheon, près de Séoul, en tant que supportrice de l'équipe nord-coréenne lors des championnats asiatiques d'athlétisme, selon les Renseignements.

Mais malgré ces changements, superficiels, l'International Crisis Group (ICG) estime qu'il est inutile d'espérer des réformes, démocratiques ou économiques, ou un apaisement des tensions avec la Corée du Sud, son frère ennemi. (cga/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!