Arménie: Kim Kardashian: hommage aux victimes du génocide
Actualisé

ArménieKim Kardashian: hommage aux victimes du génocide

C'est sous haute protection policière que la jeune femme, son mari et leur fille sont arrivés en Arménie, mercredi. La starlette veut elle aussi commémorer les 100 ans du génocide arménien.

1 / 9
Le 8 avril 2015, Kim Kardashian et sa soeur Khloe sont arrivées en Arménie, pays d'origine de leur père.

Le 8 avril 2015, Kim Kardashian et sa soeur Khloe sont arrivées en Arménie, pays d'origine de leur père.

Keystone/AP/Hrant Khachatryan
AFP/Karen Minasyan
Kanye West et North étaient également présents.

Kanye West et North étaient également présents.

Reuters/Stringer

Pour la première fois mercredi, Kim Kardashian a posé le pied sur la terre de ses ancêtres, l'Arménie. Elle va «travailler sur un documentaire» sur le génocide, dont les 100 ans seront commémorés dans deux semaines.

Vedette de téléréalité américaine, Kim Kardashian, est arrivée sous protection renforcée dans la capitale du pays, Erevan, selon des images retransmises en direct par les médias locaux. Son mari, le rappeur Kanye West, était du voyage, tout comme leur fille North West.

La jeune femme a choisi de se rendre en Arménie pour «travailler sur un film documentaire à propos du génocide» et «commémorer ses victimes», a expliqué l'organisateur du voyage sous couvert d'anonymat. Les ancêtres du côté paternel de la famille Kardashian ont quitté l'Arménie et émigré aux Etats-Unis pour fuir les massacres de 1915-1917.

Dans la ville où il lui reste de la famille

Kim Kardashian doit notamment visiter un mémorial du génocide à Erevan et les Archives nationales pour consulter des documents sur ses ancêtres. Elle devrait ensuite se rendre dans la ville de Gyumri (nord-ouest) où habitent des membres de sa famille éloignée.

Les Arméniens s'apprêtent à marquer le 24 avril le 100e anniversaire du génocide arménien, commis pendant la Première Guerre mondiale.

La Turquie a toujours refusé d'admettre toute élimination planifiée et le terme de «génocide», évoquant la mort d'environ 500'000 Arméniens (contre 1,5 million selon l'Arménie), qui s'étaient rangés du côté de son ennemie la Russie lors de combats ou à cause de famines. (ats)

Ton opinion