Koweït-Bahreïn: Kim Kardashian: «symbole du vice»
Actualisé

Koweït-BahreïnKim Kardashian: «symbole du vice»

La venue de la starlette américaine au Moyen-Orient est moyennement appréciée par certains prédicateurs et éditorialistes qui estiment qu'elle a une mauvaise influence sur la jeunesse.

par
jfa
Kim Kardashian est au Moyen-Orient pour promouvoir une marque de milkshakes.

Kim Kardashian est au Moyen-Orient pour promouvoir une marque de milkshakes.

Pauvre Kim Kardashian! En débarquant pour la première fois de sa vie au Moyen-Orient (pour assister à l'inauguration de bars à milkshakes), la brune pulpeuse ne s'attendait certainement pas à être accusée de répandre le vice parmi les jeunes Koweïtiens. Elle était même plutôt heureuse de découvrir un nouveau pays. «Je suis tellement excitée d'être ici», avait-elle-même tweeté juste après son atterrissage.

Mais voilà, certains ne partagent pas son enthousiasme et n'ont pas hésité à le faire savoir publiquement. «Ses valeurs sont en conflit avec nos traditions de peuple profondément religieux. Sa visite pourrait répandre le vice parmi notre jeunesse», a déclaré un prédicateur au site Gulf News, comme l'a remarqué le «Daily Mail».

Une éditorialiste du «Kuwait Times» en a ajouté une couche, déplorant que son pays accueille Kim Kardashian. «Que tout soit bien clair, je déteste vraiment juger les gens et je respecte tout le monde quand il s'agit de la vie privée. Mais en ce qui concerne Kim Kardashian – qui n'est connue que pour son film obscène (ndlr: sa sextape), son derrière voluptueux et sa fausse émission de téléréalité qui ne montre qu'une morale au rabais et beaucoup de chirurgie esthétique - j'ai un problème», a-t-elle écrit.

Pour voir Kim, il faut payer très cher

La venue de la starlette a également été très critiquée en raison du prix des billets permettant de la voir lors de sa venue dans la capitale du Bahreïn. Les fans devront, en effet, dépenser plus de 1000 francs pour pouvoir approcher leur idole, soit plus que ce que gagnent la majorité des habitants en un mois.

«Cela prouve que certains d'entre nous sont prêts à payer ce prix pour rien, en comparaison avec ce que l'argent peut apporter. Une telle somme peut sauver des vies», s'est insurgé un étudiant dans le «Gulf Daily News».

Suivez toute l'actualité des stars sur les réseaux sociaux avec «20 minutes»:

Ton opinion