Actualisé 20.07.2020 à 05:51

Corée du NordKim réprimande les responsables du chantier d’un hôpital

Mécontent de leur travail, le leader nord-coréen a ordonné le limogeage des responsables du chantier de l’Hôpital général de Pyongyang.

Kim Jong Un sur le chantier de l’Hôpital général de Pyongyang.

Kim Jong Un sur le chantier de l’Hôpital général de Pyongyang.

KEYSTONE

Le leader nord-coréen Kim Jong Un a vertement réprimandé les responsables du chantier d’un hôpital prestigieux à Pyongyang pour leurs négligences financières et ordonné leur licenciement, rapportent lundi les médias officiels.

Les grands chantiers sont de longue date un moyen de propagande intérieure pour asseoir la crédibilité des maîtres de Pyongyang. Mais certains experts observent que la priorité est souvent donnée à la vitesse de l’exécution de ces travaux, plutôt qu’à la qualité des infrastructures.

Le chantier de l’Hôpital général de Pyongyang a été lancé sur un site prestigieux, sur les bords du fleuve Taedong, juste en face de la colline de Mansu, où trônent des statues monumentales du fondateur du régime, Kim Il Sung, et de son fils et successeur Kim Jong Il, le père de l’actuel dirigeant.

«Mission cruciale»

Il est censé être terminé pour le 10 octobre, date du 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs de Corée. Lors d’une cérémonie en mars, Kim Jong Un avait présenté ce projet comme une «mission cruciale» pour la politique de santé du pays.

Mais après avoir été informé de l’avancée du chantier lors d’une visite du site, Kim Hong Un a «signalé des problèmes graves», rapporte lundi l’agence officielle KCNA. La commission responsable du chantier s’est montrée «négligente» dans le financement du projet, dont le «budget n’est pas correctement établi», a dénoncé Kim Jong Un. Ce projet a été lancé «pour le bien du peuple» mais multiplie désormais les demandes d’«assistance», a-t-il déploré.

Aucune autre précision n’a été donnée sur la nature des négligences. Mais le leader nord-coréen a demandé au Comité central du parti au pouvoir d’ouvrir une enquête et de «remplacer les responsables». La dépêche de KCNA ne donne pas non plus la date de la visite de Kim Jong Un.

Pandémie

Certains avancent que les chantiers nord-coréens prennent du retard en raison des difficultés du pays à s’approvisionner en matériaux du fait du renforcement des contrôles aux frontières dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

Le régime reclus s’est encore plus refermé en janvier, quand le coronavirus a commencé à se propager de son foyer dans le centre de la Chine voisine. Pyongyang a en outre imposé de strictes mesures de confinement. La Corée du Nord continue de soutenir qu’elle n’a aucun cas de Covid-19 sur son sol, ce dont doutent les experts.

(AFP/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!