Condamnation à mort: Kinshasa s'engage à ne pas exécuter les deux Norvégiens
Actualisé

Condamnation à mortKinshasa s'engage à ne pas exécuter les deux Norvégiens

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) s'est engagé à ne pas appliquer la peine capitale prononcée contre deux Norvégiens, reconnus coupables de meurtre et d'espionnage.

L'information a été donnée mercredi par le chef de la diplomatie norvégienne Jonas Gahr Stoere.

Après la condamnation à mort prononcée par un tribunal militaire mardi à Kisangani (est de la RDC) contre deux ex-soldats norvégiens, Tjostolv Moland et Joshua French, M. Stoere s'est entretenu avec son homologue congolais Thambwe Mwamba.

«Il a donné à M. Stoere l'assurance que les deux hommes ne seraient exécutés en aucune circonstance même si le verdict devait être maintenu», selon un communiqué du ministère norvégien des Affaires étrangères. «Le gouvernement congolais a adopté un moratoire sur la peine de mort et la peine capitale n'est plus appliquée dans le pays», ajoute le communiqué.

Les deux accusés, âgés de 27 et 28 ans, ont été condamnés pour le meurtre, le 5 mai, du chauffeur d'un véhicule 4x4 qu'ils avaient loué à Kisangani, capitale de la Province orientale de RDC, où ils s'étaient rendus en tant que touristes ou en prospection d'affaires, selon différentes versions. La Norvège avait dès mardi «dénoncé» ces condamnations à mort.

Les deux Norvégiens ont aussi été condamnés pour espionnage, détention illégale d'arme de guerre, vol à main armée et association de malfaiteurs. L'un d'eux est également poursuivi pour tentative d'assassinat sur deux autres personnes, et le second pour complicité. Tjostolv Moland et Joshua French se sont déclarés non coupables, affirmant que le chauffeur avait été tué pendant une attaque de bandits.

(ats)

Ton opinion