Football: Klopp: «Je ne me vois pas comme un loser»
Actualisé

FootballKlopp: «Je ne me vois pas comme un loser»

Les conférences de presse avant la finale de la Ligue des champions ont montré un Klopp badin et un Pochettino évasif.

Jürgen Klopp était joyeux en conférence de presse.

Jürgen Klopp était joyeux en conférence de presse.

Keystone

Jürgen Klopp, qui a perdu ses deux dernières finales de Ligue des champions, souffre-t-il d'une malédiction ? «Je ne me vois pas comme un loser ! Si je me considérais comme tel, nous aurions tous un problème», a déclaré l'entraîneur de Liverpool, vendredi à la veille de sa troisième finale.

«Le reste est destiné au monde extérieur qui pensera que je serai un gagnant par la suite. Cela ne m'intéresse pas pour être honnête, nous sommes ici parce que nous voulons gagner», a prévenu le coach des «Reds», très détendu en conférence de presse, avant le choc contre Tottenham, samedi (21h00) à Madrid.

Relancé par un journaliste qui lui a demandé s'il était victime de «malchance», avec déjà trois finales européennes perdues dans sa brillante carrière, l'Allemand (51 ans) a joué la carte de l'humour.

«Pensez-vous que j'ai eu une carrière malchanceuse ? (...) Depuis 2012, et hormis la saison 2017, j'étais chaque année en finale avec mon équipe. Je suis donc probablement le détenteur du record du monde de demi-finales gagnées, ces sept dernières saisons ! Si je devais écrire un livre à ce sujet, personne ne le lirait», a-t-il répondu, suscitant l'hilarité de la salle de presse.

La malédiction à Liverpool

Depuis sa première épopée inachevée dans la plus prestigieuse des compétitions continentales avec le Borussia Dortmund en 2013, le charismatique blond aux lunettes translucides vit une vraie malédiction depuis son arrivée sur le banc de Liverpool en 2015.

Défait en finale de Ligue Europa par Séville en 2016, Klopp a échoué l'an dernier au même stade face au Real Madrid de Zinédine Zidane (défaite 3-1).

Pis, le championnat d'Angleterre, qui échappe à Liverpool depuis 1990, lui est passé sous le nez cette année malgré un bilan comptable historique (97 points contre 98 pour Manchester City). Jamais dans les annales de la Premier League, un deuxième n'avait réalisé une telle performance!

«Voici comment je comprends ce qu'est la chance : si vous travaillez pour (gagner un trophée), vous l'obtiendrez un jour ou l'autre. C'est pourquoi nous essayons encore et travaillons (pour cet objectif)», a-t-il théorisé.

Tottenham avec Kane?

L'autre question du jour concernait la présence ou non en finale de l'attaquant de Tottenham, Harry Kane, de retour de blesure. L'entraîneur des Spurs, Mauricio Pochettino, est resté évasif vendredi à ce sujet, déclarant qu'il prendrait une décision après la dernière séance d'entraînement.

«Je ne sais pas si Kane (jouera). Nous avons encore une séance d'entraînement, je serai prêt à décider après celle-ci», a dit le technicien argentin en conférence de presse au stade Metropolitano de Madrid.

«Ce ne sera pas facile de prendre une décision (samedi). Nous avons toutes les informations et nous connaissons chaque détail. Pour tenter de gagner, vous ne pouvez utiliser que 11 joueurs, c'est la situation la plus pénible», a-t-il ajouté.

Kane n'a plus joué depuis le quart de finale aller de la C1 contre Manchester City, où il s'était blessé à une cheville, le 9 avril. Il a repris la course début mai.

Kane se dit prêt

Au risque de manquer de rythme, l'attaquant international anglais, leader d'attaque des «Spurs», a pour sa part assuré lundi qu'il était «prêt» à jouer et que la décision de l'aligner ou non revenait à Pochettino.

S'il optait pour laisser Kane sur le banc, le technicien argentin pourrait repositionner en pointe le Sud-Coréen Son Heung-min et aligner sur l'aile le Brésilien Lucas Moura, héros de la demi-finale avec un triplé contre l'Ajax Amsterdam.

En finale de Ligue des champions pour la première fois de son histoire, Tottenham rêve d'une consécration européenne samedi soir (21h00/19h00 GMT) au stade Metropolitano, à condition de dompter Liverpool, finaliste l'an dernier face au Real Madrid (3-1). (afp)

Ton opinion