Italie: Knox et son ex-petit ami encore condamnés
Actualisé

ItalieKnox et son ex-petit ami encore condamnés

L'étudiante américaine Amanda Knox et Raffaele Sollecito ont été de nouveau condamnés jeudi en appel pour le meurtre de la jeune britannique Meredith Kercher en 2007.

La Cour d'appel de Florence leur a infligé respectivement 28 ans et six mois et 25 ans de prison pour le meurtre d'une jeune Britannique. Amanda Knox n'était pas présente en Italie. Après une courte séance dans la matinée, la Cour s'est retirée pour délibérer. Elle a finalement rendu son verdict en milieu de soirée.

Amanda Knox a fait part de sa tristesse à l'issue d'une décision qu'elle juge «injuste». «Je suis effrayée et attristée par ce verdict injuste», a déclaré la jeune femme dans un communiqué diffusé peu après l'annonce de la décision de la Cour d'appel de Florence. «Il y a toujours eu un manque de preuves flagrant. Ces poursuites injustifiées nous ont énormément fait souffrir ma famille et moi», a poursuivi Amanda Knox. «Tout ceci a pris des proportions excessives. Le plus troublant est que cela aurait pu être évité».

«Une condamnation injustifiée est clairement affreuse pour la personne accusée à tort, mais elle est aussi terriblement injuste pour la victime, sa famille et la société», a encore réagi Amanda Knox dans un communiqué.

Trente ans de réclusion avaient été requis contre la femme de 26 ans par le procureur selon lequel elle a été à l'origine de la blessure la plus profonde infligée à la victime, «immobilisée comme si elle avait été un animal».

L'Américaine et son ex-petit ami italien, Raffaele Sollecito, rejugé en appel lui aussi et contre qui 26 ans de réclusion avaient été requis, ont déjà passé quatre ans derrière les barreaux. Ils avaient été condamnés en première instance, en 2009, à 26 et 25 ans de réclusion, lors d'un procès hautement médiatisé, notamment aux Etats-Unis.

Ils avaient ensuite été acquittés lors d'un premier procès en appel en octobre 2011. Ce jugement avait été annulé par la Cour de cassation qui y avait relevé «de multiples contradictions et des incohérences manifestes».

Extradition peu probable

Après avoir été libérée, Amanda Knox était immédiatement retournée dans sa ville natale, Seattle (nord-ouest des Etats-Unis). Elle ne s'est pas représentée devant la justice italienne.

Elle a refusé de se mettre «entre les mains de ceux qui veulent absolument m'envoyer en prison pour quelque chose que je n'ai pas fait», a-t-elle déclaré dans une interview récente au «New York Times». Malgré cette nouvelle condamnation, il est peu probable qu'elle soit extradée des Etats-Unis.

Son co-accusé Raffaele Sollecito, 29 ans, a comparu pendant tout le procès et s'est même présenté jeudi matin devant la Cour. Mais dans l'après-midi, un avocat de la défense a fait savoir qu'il ne serait pas présent au moment du verdict. Selon l'agence de presse Ansa, il aurait quitté la ville.

(ats/afp)

Ange aux yeux bleus ou démon?

Jeune fille angélique ou démon, la personnalité ambiguë d'Amanda Knox a été au coeur d'une longue procédure judiciaire, qui après deux procès en appel et un acquittement, a abouti à une nouvelle condamnation jeudi à 28 ans et six mois de prison. Avec son beau visage sans maquillage et ses yeux bleus, la jeune Amanda, 26 ans aujourd'hui, n'avait pas le physique de l'emploi lorsqu'elle fut accusée en novembre 2007 d'avoir tué sauvagement à coups de couteau sa colocataire Meredith Kercher, une Britannique de 21 ans. Le parquet de Pérouse (centre) l'a dépeinte comme une jeune fille aguicheuse qui aimait faire la fête, essayait toutes sortes de drogues et invitait des hommes louches dans sa chambre en laissant traîner des vibromasseurs et dessous sexy dans l'appartement partagé avec trois autres jeunes filles.

La famille Knox a toujours présenté une image opposée d'Amanda, décrite comme affectueuse, saine et sportive. Dans un courriel adressé aux membres de la cour d'appel de Florence, la jeune femme affirmait ainsi ne pas être «un monstre», évoquant la victime comme «une amie». «Je l'aimais, elle m'aidait, elle était généreuse et drôle», ajoutait-elle. Difficile d'y voir clair, d'autant qu'Amanda est devenue un phénomène médiatique. Son «Visage d'Ange» - titre d'un livre sur l'affaire, à base d'un film en cours de tournage, réalisé par Mickael Winterbottom - a fait la Une des médias du monde entier.

Ton opinion