Syrie: Kofi Annan espère toujours une amélioration
Actualisé

SyrieKofi Annan espère toujours une amélioration

L'émissaire spécial de l'ONU et la Ligue arabe a déclaré mercredi qu'il espérait une amélioration de la situation en Syrie à partir de jeudi matin, date fixée par le Conseil de sécurité de l'ONU pour l'arrêt des combats.

Kofi Annan s'exprimait depuis à Téhéran, allié clé de Damas.

Kofi Annan s'exprimait depuis à Téhéran, allié clé de Damas.

«Si tout le monde (gouvernement et opposition, NDLR) respecte, je pense qu'à partir de 06h00 heures (heure de Damas - 05H00 suisses) le jeudi 12 avril, nous devrions voir une nette amélioration de la situation sur le terrain et il est possible de voir des progrès», a déclaré M. Annan lors d'une conférence de presse avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi.

«Cela est possible et c'est dans l'intérêt des Syriens que les deux parties arrêtent les combats à partir de 06h00 le 12 avril», a-t-il ajouté.

«Sur la question des assurances écrites (que Damas avait exigées de l'opposition pour un arrêt des combats, NDLR), il y a eu des clarifications de la part des autorités sur ce qu'elles demandent pour que l'autre partie, les forces de l'opposition, cessent les combats», a-t-il assuré.

«Nous avons obtenu des réponses positives de leur part et nous sommes en contact avec les gouvernements ayant une influence pour assurer que toutes les parties respectent le cessez-le-feu», a ajouté l'ancien secrétaire général de l'ONU et médiateur international pour la Syrie.

Vers un désastre?

Une militarisation du conflit serait «désastreuse», a estimé mercredi Kofi Annan, répondant à une question de la presse sur les appels du Qatar et de l'Arabie saoudite à armer les rebelles.

«Toute militarisation de la question syrienne serait désastreuse», a déclaré M. Annan à Téhéran, allié clé de Damas, lors d'une conférence de presse commune avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi.

Appel de la Chine

La Chine s'est dite mercredi «profondément inquiète» de la poursuite des violences meurtrières en Syrie et a appelé Damas à appliquer le plan de paix de l'émissaire spécial de l'ONU et la Ligue arabe, Kofi Annan.

La Chine, alliée du régime de Damas, «est profondément inquiète (...) des violences qui se poursuivent en Syrie» et «appelle le gouvernement syrien à appliquer le plan en six points» proposé par M. Annan, a déclaré un porte-parole de la diplomatie chinoise mercredi, veille de la date fixée par le Conseil de sécurité de l'ONU pour l'arrêt des combats.

Nouvelles opérations militaires

L'armée syrienne a lancé mercredi de nouvelles opérations militaires à travers le pays, selon des militants, après que Damas a ignoré le plan de l'ONU qui prévoyait un retrait des chars des villes en prévision d'un cessez-le-feu total jeudi.

Les forces gouvernementales, appuyées par des dizaines de transports de troupes blindés, se sont déployées à Maarba, dans la province de Deraa, berceau de la contestation dans le sud, au milieu de tirs nourris, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Des perquisitions étaient également en cours dans d'autres localités, selon l'OSDH.

Selon les Comités de coordination locaux (LCC, qui animent la contestation sur le terrain), les forces gouvernementales ont lancé une offensive sur plusieurs villes de cette province, où des explosions et des tirs à l'arme lourde étaient entendus, au lendemain de la date butoir fixée par l'émissaire international Kofi Annan pour un retrait des armes lourdes des villes.

Les militants ont par ailleurs rapporté que des hélicoptères militaires survolaient plusieurs villes du pays, notamment Dmeir, à 40 kilomètres de Damas, alors que jusqu'alors l'armée syrienne a eu rarement recours aux forces aériennes. De nouveaux bombardements ont également eu lieu dans la nuit sur plusieurs quartiers de Homs, notamment Khaldiyé, selon les LCC. Mardi, 52 personnes, dont 28 civils, ont été tuées en Syrie, selon un bilan de l'OSDH. (afp)

Ton opinion