Actualisé 11.01.2015 à 22:54

CroatieKolinda Grabar Kitarovic nouvelle présidente

Ancienne ministre des Affaires étrangères, la conservatrice a été élue présidente de la Croatie, à l'issue du second tour de l'élection présidentielle dimanche, face au président sortant.

Mme Grabar Kitarovic a obtenu 50,4% de voix contre 49,6% pour le social-démocrate Ivo Josipovic, selon des résultats définitifs. Elle est la première femme président dans les Balkans élue au suffrage universel. «Mme Kolinda Grabar Kitarovic a gagné une lutte démocratique et je la félicite», a dit M. Josipovic, concédant sa défaite.

Vêtue d'une robe noire aux revers blancs, tenant son époux par la main, cette femme de 46 ans s'est réjouie de sa victoire devant ses sympathisants qui scandaient son nom. «Je vous promets que la Croatie sera un pays prospère et riche, un des pays les plus développés de l'Union européenne et du monde», a-t-elle dit.

Dans cette ancienne république yougoslave, indépendante depuis 1991 et devenue en 2013 le 28e et dernier membre de l'Union européenne, le taux de participation a été de 58,9%, supérieur de 12 points à celui du premier tour. Les électeurs de ce pays de 4,2 millions d'habitants ont sanctionné le manque de fermeté de M. Josipovic face à l'incapacité de son gouvernement à redresser l'économie.

Manque de fermeté

Dans ce petit pays confronté depuis six ans à une grave crise économique, à l'issue du premier tour il y a deux semaines, M. Josipovic, 57 ans, juriste de formation et compositeur de musique classique, devançait de justesse l'ancienne cheffe de la diplomatie (2005-2008). Il briguait un second mandat de cinq ans.

Le résultat du premier tour avait déjà porté un coup à M. Josipovic, que les sondages donnaient largement favori au départ.

Dans la journée, après avoir voté, Mme Grabar Kitarovic avait promis de s'«attaquer avec audace et détermination à tous les problèmes» qui font souffrir le pays. «Je suis convaincue de ma victoire. Je crois que les citoyens vont choisir le changement pour (...) le développement, la croissance économique et la stabilité sociale», avait-elle affirmé.

Après le premier tour, le Premier ministre, Zoran Milanovic, avait admis que les piètres performances économiques de son cabinet avaient représenté «un fardeau» pour le président sortant.

Chômage à 20%

La Croatie est en récession quasiment permanente depuis 2008 et la dette publique y représente près de 80% du PIB. Celui-ci devrait de nouveau reculer en 2014, d'environ 0,5%. Le taux de chômage frôle les 20% et un jeune sur deux est sans emploi.

Les conservateurs de la Communauté démocratique croate (HDZ) entendent profiter de cette situation et se replacer sur la scène politique en vue des élections législatives prévues vers la fin 2015.

Les deux candidats se sont engagés à oeuvrer pour redresser l'économie, même si ces attributions ne relèvent pas de la fonction présidentielle. Aux termes de la Constitution croate, le président dispose de pouvoirs limités. Il est le commandant suprême des forces armées et gère en commun avec le gouvernement la politique étrangère.

Contre la corruption

M. Josipovic était le troisième président de la Croatie depuis son indépendance en 1991. Il avait été élu en 2010 pour son engagement à enrayer la corruption qui mine le pays.

Il s'était aussi employé à lier son adversaire au gouvernement du HDZ, au sein duquel elle avait été ministre des Affaires étrangères et dont l'ex-Premier ministre et plusieurs ministres sont aujourd'hui condamnés à des peines de prison pour corruption. Le HDZ avait perdu les précédentes législatives de 2011, affaibli par ces scandales au sommet de l'État et par la situation économique. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!