Kosovo: pas de percée à Bruxelles
Actualisé

Kosovo: pas de percée à Bruxelles

De nouveaux pourparlers entre Serbes et Kosovars auront lieu trois jours durant à compter du 26 novembre en Autriche. Ce seront sans doute les derniers.

«Pristina a décrit sa vision d'une indépendance surveillée pour le Kosovo, en ligne avec les recommandations de l'envoyé spécial de l'ONU Martti Ahtisaari. Belgrade a continué à détailler sa vision d'un Kosovo hautement autonome à l'intérieur des frontières serbes», a indiqué la «troïka» de médiateurs internationaux à l'issue de cette rencontre de trois heures.

Le communiqué de la «troïka» précise que les deux parties se retrouveront du 26 au 28 novembre à Baden, en Autriche, pour des discussions qui devraient être les dernières avant l'expiration de cette ultime série de négociations le 10 décembre.

Modèle de Hong Kong

Selon un diplomate européen, les Serbes devraient plaider une nouvelle fois pour un Kosovo autonome. Ils font valoir qu'une large autonomie a permis à Hong Kong de prospérer au sein de la République populaire de Chine. Mais le modèle de Hong Kong a toujours été rejeté par les Albanais du Kosovo.

Cette série de négociations a été lancée en août pour tenter à nouveau de dégager un compromis entre les Serbes farouchement opposés à toute indépendance du Kosovo et les Kosovars impatients de l'obtenir après huit ans de gestion de leur territoire par l'ONU.

La Russie, alliée des Serbes, avait préalablement bloqué au Conseil de sécurité de l'ONU l'adoption d'une résolution accordant au Kosovo une indépendance sous surveillance internationale, estimant que seule une solution négociée était acceptable.

Indépendance unilatérale

Faute d'accord d'ici au 10 décembre, les dirigeants kosovars sont déterminés à proclamer unilatéralement leur indépendance. Hashim Thaci, vainqueur des élections législatives de samedi au Kosovo, a néanmoins promis de «coordonner» cette proclamation avec les Etats-Unis et l'UE, qui estiment globalement inévitable l'indépendance de la province.

Géré par l'ONU et patrouillé par l'OTAN, le Kosovo vit de fait séparé de la Serbie depuis les bombardements lancés en 1999 par l'Alliance atlantique. Ces bombardements ont contraint les forces militaires serbes à cesser les exactions contre les Albanais du Kosovo et à quitter ce territoire pourtant considéré par les Serbes comme le berceau de leur culture. (ats)

Ton opinion