LNA: Kossmann: «Marquer aussi peu me rend fou»
Actualisé

LNAKossmann: «Marquer aussi peu me rend fou»

L'entraineur de Fribourg Gottéron a pesté contre le rendement offensif de ses joueurs. Battus 5-2 à Kloten, ils n'ont plus le droit à l'erreur.

par
Grégory Beaud
Kloten
Hans Kossmann croit en ses joueurs.

Hans Kossmann croit en ses joueurs.

Scène incongrue devant le vestiaire fribourgeois à la suite du match perdu à Kloten. L'antre des joueurs de Gottéron est longuement resté fermé. Pire, le staff a fermé la porte à clé, si bien que le président n'a pas pu rentrer dans l'intimité du club. Plusieurs minutes plus tard, les joueurs en sont sortis la tête basse. Hans Kossmann, lui, n'a pas perdu son optimisme. Selon lui, la victoire samedi, lors du cinquième match, ne fait aucun doute.

Hans Kossmann, dans quel état d'esprit sort-on d'un match pareil?

«Je ne peux pas dire que nous avons disputé une mauvais rencontre. Si l'on regarde la première période, c'était un bon tiers-temps de mon équipe. J'en suis satisfait. Mais il est évident que le deuxième but de Kloten nous a fait mal. C'est clairement un mauvais but. Benjamin Conz n'a pas connu une grande soirée.»

Hélas pour vous, Kloten a une nouvelle fois été hyper opportuniste.

«Exactement. Nous étions revenus sur la glace après la première pause avec un bon élan. Mais sur leur première occasion, ils ont à nouveau marqué et cela nous a coupé les jambes. Kloten est très réaliste et nous, nous manquons énormément de chances. La ligne de Bykov, par exemple, aurait dû marquer quatre buts ce soir. En tant que coach, je deviens fou de voir qu'on marque si peu avec autant d'occasions.»

Mais vous semblez tout de même confiant pour la suite, non?

«Je suis persuadé que nous allons nous imposer à domicile, samedi. Ensuite, le match VI à Kloten sera la clé. Nous n'avons plus le droit à l'erreur, j'en suis conscient.»

Comment expliquer la différence entre la victoire de mardi et cette défaite?

«Kloten a mieux joué, déjà. Ils ont effectué des ajustements en zone neutre. Cela nous a passablement freinés. Dans le même temps, ils ont gagné plus de duels que mardi. Cela fait vite la différence.»

Ton opinion