Manifestation: Kurdes enchaînés au Palais des Nations à Genève
Actualisé

ManifestationKurdes enchaînés au Palais des Nations à Genève

Les participants à une manifestation dénonçant l'offensive turque sur Afrine, se sont enchaînés à une grille au parc du Palais des Nations.

1 / 6
Une zone d'exclusion aérienne, des troupes internationales à la frontière et l'application des Conventions de Genève. Après quatre jours de marche entre Lausanne et Genève, des Kurdes ont appelé vendredi l'ONU à intervenir face aux raids turcs à Afrine, en Syrie. (Vendredi 16 février 2018)

Une zone d'exclusion aérienne, des troupes internationales à la frontière et l'application des Conventions de Genève. Après quatre jours de marche entre Lausanne et Genève, des Kurdes ont appelé vendredi l'ONU à intervenir face aux raids turcs à Afrine, en Syrie. (Vendredi 16 février 2018)

Keystone
Les Kurdes se sont réunis au centre-ville de Lausanne, avant de gagner Ouchy. (Lundi 12 février 2018)

Les Kurdes se sont réunis au centre-ville de Lausanne, avant de gagner Ouchy. (Lundi 12 février 2018)

Keystone
Ils rejoindront par étapes le Palais des Nations à Genève, où un rassemblement est prévu vendredi. (Lundi 12 février 2018)

Ils rejoindront par étapes le Palais des Nations à Genève, où un rassemblement est prévu vendredi. (Lundi 12 février 2018)

Keystone

Environ 1200 Kurdes sont partis de Lausanne pour une marche de protestation contre les bombardements turcs à Afrine, avant de rejoindre par étapes le Palais des Nations à Genève.

En famille ou entre amis, venus de 17 pays mais majoritairement de Suisse, les Kurdes se sont réunis au centre-ville, avant de gagner Ouchy. Lieu de départ: la place sise devant le Palais de Rumine où a été signé en 1923 le Traité de Lausanne, qui a fixé les frontières de la Turquie moderne et enterré le rêve des Kurdes d'avoir leur propre Etat.

Forêt de drapeaux, hauts-parleurs à fond, les participants ont dénoncé avec véhémence l'offensive turque sur l'enclave kurde qui a débuté le 20 janvier. «Monsieur Erdogan et l'armée turque ne s'attendaient pas à une résistance aussi forte. Les organisations humanitaires et la diaspora craignent des représailles sur les civils d'Afrine», a expliqué à l'ats Ihsan Kurt.

Une quinzaine de Kurdes se sont enchaînés vendredi après-midi entre eux et à une grille d'accès au parc du Palais des Nations à Genève. Des dizaines de policiers, dont la police anti-émeute équipée de pinces, sont intervenus pour les déloger. Cette manifestation perturbait le trafic dans la zone. La sécurité de l'ONU a, elle, bouclé l'accès au Palais depuis la place des Nations. Ces Kurdes dénonçaient l'attitude du président turc Erdogan et l'offensive turque à Afrine en Syrie. «Solutions politiques pour le Kurdistan», scandaient-ils également, selon un journaliste de l'ats présent sur place. Au moins sept voitures de police et deux fourgons de la police anti-émeute sont arrivés sur place.

Respecter le droit humanitaire

«Environ 150 civils ont déjà perdu la vie. Ces chiffres nous ont été donnés par l'hôpital à Afrine», a ajouté Ramazan Baytar, au nom d'une plateforme de soutien qui réunit plus de 80 organisations.

Les manifestants appellent la communauté internationale à faire respecter le droit humanitaire. Ils demandent aux Nations Unies de se réunir immédiatement pour éviter un massacre. «ONU, prenez vos responsabilités et arrêtez le génocide à Afrine», pouvait-on lire sur les gilets jaune fluo des marcheurs.

Faire le jeu de Daech

Quelques personnalités sont venues apporter leur soutien aux Kurdes. Le municipal popiste lausannois David Payot a dit son opposition «à l'intervention turque». «Une fois de plus, les Kurdes sont la cible d'attaques indéfendables, alors qu'ils ont eux-mêmes contribué à lutter contre Daech de manière décisive», a ajouté la conseillère nationale Laurence Fehlmann Rielle (PS/GE).

A ses yeux, la Turquie «fait le jeu» du groupe Etat islamique (EI). «Pendant que les Kurdes doivent défendre Afrine, ils ne peuvent pas continuer à lutter contre Daech». Après Ouchy, les marcheurs devaient rejoindre Morges en fin de journée. Ils chemineront par étapes, gagnant jeudi Genève, avant de participer vendredi à un grand rassemblement devant le Palais des Nations. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion