Actualisé 17.09.2020 à 13:52

Avant Servette-Reims ce jeudi soirKutesa: «J’ai appris à ne compter que sur moi»

Le Servettien de Reims est prêt à faire des misères à son ancien club en Europa League, ce jeudi soir (20 h 45).

de
Daniel Visentini
Dereck Kutesa s’est entraîné au Stade de Genève. Le Rémois est prêt à affronter Servette, son club formateur, ce jeudi soir dans le deuxième tour qualificatif pour l’Europa League.

Dereck Kutesa s’est entraîné au Stade de Genève. Le Rémois est prêt à affronter Servette, son club formateur, ce jeudi soir dans le deuxième tour qualificatif pour l’Europa League.

ERIC LAFARGUE

C’est un enfant d’ici désormais là-bas. Un ex-Servettien de 22 ans qui est à Reims, le hasard de ce deuxième tour de l’Europa League a voulu marier le passé et le présent. Servette-Stade de Reims, ce soir à 20 h 45 à la Praille, c’est l’occasion de mesurer avec Dereck Kutesa le chemin parcouru depuis quatre ans, depuis ce jour où l’un des plus prometteurs jeunes issus de la formation quittait, comme d’autres, un Servette FC qui s’extirpait de Promotion League.

L’histoire qui a conduit Kutesa en Ligue 1 n’a pas été simple. De Bâle à Saint-Gall, en passant par Lucerne, il lui a fallu beaucoup de force pour garder l’espoir de jours meilleurs. Des blessures à répétition, la difficulté qui en découle d’avoir la confiance de l’entraîneur. Il est heureux aujourd’hui, plus solide, plus robuste, mais il n’a pas oublié.

«J’ai un mental en barbelés!»

Dereck Kutesa, ex-Servettien, joueur du Stade de Reims

«C’était dur à Bâle, oui, encore plus à Lucerne, dit-il avec un sourire entendu. Bien sûr qu’il y a eu des moments de découragement, personnellement, c’était difficile à vivre. Mais j’ai appris des choses. J’ai appris que je ne pouvais compter que sur moi. Maintenant, j’ai un mental en barbelés!»

Forcément, ce match sera un peu particulier pour lui, face à son club formateur. «C’est juste dommage de jouer à huis clos, soupire Kutesa. Pour ma famille et mes amis. La logique veut que Reims, club de Ligue 1, soit favori. Mais pour connaître désormais les deux championnats, suisse et français, je dirais que la Super League n’est peut-être pas assez considérée. Cela dit, il y a quelques différences. Il a fallu que je m’adapte à la L1, où l’impact physique est plus élevé, où l’on court plus.»

C’est presque visible, palpable. Si Dereck Kutesa est toujours ce joueur rapide qui peut déstabiliser une défense sur une accélération fulgurante, il semble plus armé physiquement.

Les éloges de son entraîneur

David Guion, l’entraîneur du Stade de Reims, parle du Genevois en connaissance de cause. «Déjà, je peux dire qu’il a bien été formé, souligne-t-il. Servette a un très bon centre de formation, dont sortent beaucoup de très bons joueurs. La saison passée était celle de la découverte de la L1 pour lui. Il s’est adapté et a très bien fini jusqu’à l’interruption du championnat. C’est un garçon explosif, avec des qualités de rapidité et de vitesse d’exécution. Cet été, il a fait une très belle préparation et c’est pour cela qu’il est d’emblée, dès le début de saison, appelé à jouer.»

Dereck Kutesa sera sans doute titulaire ce jeudi soir contre Servette. Les Grenat se méfieront de lui.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
1 commentaire
L'espace commentaires a été desactivé

Fan club

17.09.2020 à 12:38

Allez les grenats ! Sur un match, vous pouvez tout faire, surtout après une saison pareille ! Restez concentrés, faites-vous plaisir et ça va aller tout seul ! Je vous soutiens à fond ! CLUB DE MON COEUR ! Plus de 120 ans ! Une seule couleur ! Fait battre le coeur, de ses supporters, honneur aux Grenats, 17x champions !! ALLEZ SERVETTE ALLEZ SERVETTIENS !