Football - Kylian Mbappé, ce polyglotte

Publié

FootballKylian Mbappé, ce polyglotte

La star française a toujours eu la réputation d’avoir une «tête bien faite». Il le prouve en parlant presque parfaitement trois langues, à bientôt 23 ans.

par
Sport-Center
Kylian Mbappé est surprenant même en dehors du terrain.

Kylian Mbappé est surprenant même en dehors du terrain.

AFP

Le grand public l’avait découvert lors d’une finale de Coupe Gambardella (la Coupe de France des M19). Deux buts, une passe décisive face à Lens (3-0)… Le phénomène était lancé. Mais c’est presque davantage l’interview d’après-match qui est restée dans les annales. Le journaliste vétéran Daniel Lauclair l’avait pris pour l’Anglais de Lens Taylor Moore et le reste est passé à l’histoire.

Déjà, devant la presse, il parle bien, s’exprime clairement, lucidement et c’est un bonheur pour tout le monde. À 17 ans, le bonhomme impressionne.

Mais comme la langue de Molière n’avait déjà plus de secrets pour lui, ce fan de sports nord-américains et de séries comme de nombreux jeunes de son âge a vite fait de l’anglais sa chose. Il a obtenu son bac en sciences et technologies du management et de la gestion en 2016 et ensuite pris quelques cours pour maîtriser parfaitement sa communication. Opération réussie.

Alors que la France s’apprête à défier l’Espagne dimanche soir en finale de la Ligue des Nations, L’Equipe nous a appris dans son édition du jour que le prodige de Bondy était aussi un cador… en espagnol. Les plus fins suiveurs du jeu de ballon en avaient eu un petit échantillon en février dernier, lorsqu’en plein match de Champions League, il avait lâché un «en la calle, yo te mato» («dans la rue, je te tue») au Barcelonais Jordi Alba.

Dans France Football cette semaine, c’est son nouveau coéquipier Lionel Messi qui insistait sur ce point. «Kylian parle parfaitement espagnol, donc on a aussi de bons échanges en dehors du terrain. Ça rend les choses plus simples», a avoué l’Argentin. Mbappé a bien eu quelques cours de la langue de Cervantes au lycée, mais le quotidien sportif français assure qu’il a fait le reste du travail «à l’oreille».

Le champion du monde 2018 est ainsi à l’aise dans le vestiaire parisien, où l’espagnol est répandu depuis de longues années. Cette année, les hispanophones sont légion: Keylor Navas, Sergio Rico, Sergio Ramos, Juan Bernat, Achraf Hakimi, Ander Herrera, Mauro Icardi, Angel Di Maria, et forcément, Lionel Messi. Xavi Simons, Neymar et Rafinha le parlent également.

Mais comme l’ancien Monégasque n’est plus à un défi près, il paraît qu’il a décidé de remettre l’ouvrage sur le métier et deux idiomes sont dans son viseur: le portugais, autre langue à laquelle il s’essaye déjà et largement parlé sur le terrain du Parc des Princes, mais aussi l’arabe, sa maman Fayza étant d’origine algérienne. On lui souhaite bonne chance.

Ton opinion

11 commentaires