Egalité : L'accès des femmes à la justice doit être renforcé
Actualisé

Egalité L'accès des femmes à la justice doit être renforcé

Quelque 160 experts de plus 40 pays ont abordé à Berne l'accès des femmes à la justice, en présence du conseiller fédéral Alain Berset.

L'accès des femmes à la justice doit être amélioré. Elles devraient être mieux protégées en bénéficiant notamment d'une assistance juridique et de conseils gratuits. Quelque 160 experts de plus 40 pays ont abordé jeudi cette thématique à Berne, en présence du conseiller fédéral Alain Berset.

Les inégalités persistantes entre les femmes et les hommes, les préjugés sexistes et les stéréotypes se traduisent par des inégalités dans l'accès à la justice. Or pour garantir la protection des droits des femmes, elles doivent pouvoir les faire valoir «normalement», a souligné le ministre de l'intérieur à l'ouverture de la conférence internationale du Conseil de l'Europe.

Pour ce faire, les femmes de tous les milieux doivent accéder sans entraves aux autorités judiciaires et aux consultations juridiques, dans des conditions équitables et abordables financièrement. «Il faut aussi que les violations de leurs droits soient sanctionnées de manière appropriée et efficace», a poursuivi le socialiste fribourgeois.

Echanger conseil et expériences

Lors de cette rencontre, les spécialistes ont échangé expériences et conseils, expliquant quelles sont les pratiques en vigueur dans leurs pays respectifs. Les Etats peuvent ainsi s'inspirer de mesures efficaces mises en oeuvre par leurs partenaires.

La Croatie propose par exemple des programmes de formation sur les droits humains, plus particulièrement sur la violence familiale et la violence sexuelle; en Arménie, il existe un centre pour les droits des femmes et la possibilité de bénéficier d'une assistance juridique gratuite; en Autriche les autorités ont mis en place un service d'assistance des migrantes.

«L'accès à la justice n'est pas seulement un droit fondamental en soi, c'est aussi un droit indispensable à l'exercice d'autres droits, également fondamentaux», a commenté Sneana Samardic-Markovic, directrice générale de l'unité Démocratie du Conseil de l'Europe.

Peu de données disponibles

Jusqu'à présent, la recherche ne s'est que peu penchée sur ce sujet, a-t-elle relevé. Il s'agit donc aussi d'améliorer la situation en matière de statistiques nationales et de données sur la pratique des tribunaux et des autorités.

Entre 1998 et 2006, moins de 20% de toutes les plaintes déposées auprès de la Cour européenne des droits de l'homme l'ont été par des femmes. Et plus de 70% des plaintes concernant des discriminations fondées sur le genre ont été déposées par des hommes.

Organisée par la Commission pour l'égalité de genre du Conseil de l'Europe et le Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes, cette conférence - qui se termine vendredi - est le dernier volet d'une série de trois événements internationaux consacré à cette problématique. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion