Actualisé 14.01.2014 à 10:53

Argovie - Autoroute A1

L'accident du pont devient la risée des internautes

Un pont sur l'A1, endommagé lundi par un camion, risque de s'effondrer. Il n'a pas fallu attendre longtemps pour retrouver sur internet les premières blagues sur l'ouvrage argovien.

de
mec/ofu

Un accident peu banal a perturbé le trafic lundi sur un des tronçons les plus fréquentés du pays: l'A1 et l'A3 ont été fermées dans les deux sens pendant sept heures, près de Birmenstorf (AG). Un poids-lourd, transportant une tractopelle mal chargée, a heurté le dessous d'un pont. Conséquence: des morceaux de bétons de plusieurs tonnes ont été éparpillés sur la chaussée.

A peine quelques heures après l'accident, les premiers gags ont fusé sur internet. Photomontage, parodie de la pub d'une assurance et jeux de mots: les internautes ont fait preuve de beaucoup d'imagination. Découvrez quelques exemples dans notre diaporama.

Circulation rétablie

Le trafic s'effectuait à nouveau sans encombre mardi sur l'A1 à la hauteur de Birmenstorf (AG), après le chaos causé la veille lorsqu'une excavatrice transportée sur un camion a fortement endommagé un pont. Le conducteur fautif, un Suisse de 32 ans, a été dénoncé au Ministère public.

Le montant des dégâts n'est pas encore chiffré. Les travaux de sécurisation et la valeur du pont doivent être pris en compte, explique mardi à l'ATS Andreas Rüegger porte-parole de l'Office fédéral des routes (OFROU).

C'est probablement l'assurance de l'entreprise employant le conducteur fautif qui devra payer. Ce même pont a déjà été touché à deux reprises par des véhicules depuis 2008. Une rénovation était prévue dans deux ans.

L'OFROU veut par ailleurs déterminer si l'installation de portails signalétiques de même hauteur que les ponts pourrait prévenir un accident comme celui de lundi, explique M. Rüegger. Les camions resteraient accrochés aux portails et non aux ponts.

60 ouvrages à contrôler

Le pont, qui a été endommagé lundi sur l'A1, a été construit en 1986. Il a par ailleurs été conçu avec une ossature légère et avec des pièces préfabriquées, ce qui explique pourquoi il a subi autant de dégâts. Interrogée par le «Tages-Anzeiger», une porte-parole de l'Office fédéral des routes (OFROU) affirme qu'il existe une soixantaine d'ouvrages similaires le long des routes nationales. L'OFROU a décidé mardi de contrôler la totalité de ces constructions par mesure de précaution.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!