Actualisé 15.01.2016 à 17:20

France

L'accident thérapeutique de Rennes est sans précédent

Selon les milieux scientifiques, l'accident thérapeutique qui a conduit à la mort cérébrale d'un patient et à l'hospitalisation de cinq autres n'a pas d'équivalent en gravité.

Le laboratoire Biotrial à Rennes où a été mené l'essai clinique.

Le laboratoire Biotrial à Rennes où a été mené l'essai clinique.

photo: AFP

L'accident survenu lors d'un essai thérapeutique mené dans un laboratoire à Rennes est d'une gravité sans précédent, selon la ministre de la Santé Marisol Touraine et l'agence du médicament (ANSM). Il a conduit à la mort cérébrale d'un patient et à l'hospitalisation de cinq autres.

«Je n'ai connaissance d'aucun incident comparable. C'est inédit», a déclaré vendredi la ministre de la Santé, lors d'une conférence de presse à Rennes. «Il n'y a jamais eu un événement aussi grave en France», a souligné pour sa part l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Handicap «irréversible»

«Ce type d'accident est exceptionnellement rare. On a fait une recherche dans nos dossiers et on a retrouvé sur les 15 dernières années moins de 10 cas en France, avec des conséquences infiniment moins graves que ce qui est décrit pour cet accident», a précisé pour sa part Philippe Treguier, directeur juridique de l'Oniam, l'organisme public chargé d'indemniser les victimes d'accidents médicaux.

Les victimes pourront saisir les Commissions de conciliation et d'indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales (CCI) en préalable à une procédure d'indemnisation par l'Oniam, a-t-il précisé.

Pour trois des cinq personnes hospitalisées, les médecins ont évoqué un possible handicap «irréversible». La préparation a été administrée à 90 volontaires. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!