Dialogue interpalestinien: L'accord de réconciliation sera signé au Caire le 26 octobre
Actualisé

Dialogue interpalestinienL'accord de réconciliation sera signé au Caire le 26 octobre

Un accord de réconciliation entre les factions rivales palestiniennes sera signé au Caire le 26 octobre, a annoncé lundi à Amman le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit, dont le pays fait office de médiateur dans ce dossier.

«Nous sommes convenus de réunir les factions palestiniennes au Caire le 25 octobre avant de signer un accord de réconciliation le 26 octobre», a déclaré le ministre égyptien, qui venait de rencontrer à Amman le président palestinien Mahmoud Abbas.

M. Aboul Gheit, arrivé en Jordanie accompagné du chef des services de renseignements Omar Souleimane, avait rencontré auparavant le roi jordanien Abdallah II.

L'Autorité palestinienne présidée par le chef du Fatah, Mahmoud Abbas, et son principal rival, le Hamas, sont en conflit ouvert depuis la prise par la force de la bande de Gaza par le mouvement islamiste en juin 2007.

Elections en vue

La rencontre de lundi à Amman entre MM. Aboul Gheit et Souleimane et le président Abbas devait être l'occasion d'étudier une proposition égyptienne d'accord. Selon des extraits obtenus par l'AFP, les propositions égyptiennes suggèrent la tenue d'élections législatives et présidentielle dans les territoires palestiniens mi- 2010.

Elles stipulent le renforcement des forces de sécurité du Fatah sous la supervision des Egyptiens et la libération des personnes détenues par les deux parties en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Le Caire a déjà reporté à deux reprises cette signature, en raison des divergences subsistant entre le Hamas et le Fatah.

L'annonce de la signature prochaine d'un accord survient alors que les tensions entre les rivaux palestiniens se sont encore accrues en raison du report controversé du vote sur le rapport de l'ONU fustigeant l'attitude d'Israël pendant la guerre de Gaza.

Abbas sous pression

Dans ce dossier, M. Abbas est la cible de vives critiques, y compris dans son propre camp, tandis que le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, l'a accusé d'avoir personnellement commandité le report.

«Je pense que la question Goldstone ne devrait pas affecter la réconciliation palestinienne», a affirmé M. Gheit, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue jordanien Nasser Joudeh.

M. Abbas est accusé d'avoir cédé à des pressions des Etats-Unis pour remettre aux calendes l'examen du rapport de la commission d'enquête de l'ONU.

Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a décidé de reporter à sa session de mars 2010 le vote d'une résolution sur le rapport du juge Richard Goldstone, qui accusait notamment Israël de «crimes de guerre» durant son offensive meurtrière à Gaza en décembre-janvier.

(ats)

Ton opinion