Téléphonie: L'accord Google-Motorola renforce Nokia
Actualisé

TéléphonieL'accord Google-Motorola renforce Nokia

L'annonce lundi du rachat à grands frais de Motorola Mobility par Google a indirectement renforcé aux yeux des investisseurs le numéro un mondial de la téléphonie mobile, le finlandais Nokia.

«Le fait que Google ait payé aussi cher (8,7 milliards d'euros, ndlr), en grande partie pour récupérer le portefeuille de brevets de Motorola (...) a attiré l'attention sur le fait que Nokia avait probablement de loin le plus grand portefeuille de brevets du secteur», a expliqué à l'AFP l'analyste financier de la banque FIM Michael Schroeder.

L'action Nokia s'est effritée depuis l'annonce en février par le directeur exécutif Stephan Elop de l'abandon du système d'exploitation Symbian au profit du système Windows Phone de Microsoft pour les smartphones du finlandais.

L'action finlandaise grimpe mardi

Mais mardi vers 13h30 GMT, l'action Nokia gagnait 5,0% à 4,30 euros à la Bourse d'Helsinki dans un marché en recul de 1,7%.«Une des explications pourrait être que de nombreux investisseurs estiment que l'action Nokia est sous-évaluée au vu de ce que Google a payé pour Motorola», écrit le journaliste financier Petri Sajari dans l'édition de mardi du principal quotidien finlandais Helsingin Sanomat.

De son côté, Nokia estime que Google a accrédité la stratégie de M. Elop de créer une troisième voie pour contrer les concurrents Google -fabricant du système d'exploitation Android- et Apple avec son iPhone.

«Cela renforce notre conviction que la branche smartphone de Nokia aura plus de chances de se différencier et de se développer avec Windows Phone», a déclaré à l'AFP le porte-parole de Nokia James Etheridge.

Pour M. Schroeder, l'accord Google-Motorola pourrait pousser des utilisateurs d'Android, comme HTC et Samsung, à se tourner vers le Windows Phone dans le sillage de Nokia, puisque Google et son Android sont devenus des concurrents directs. «Android se porte bien ces derniers temps parce qu'il était indépendant des constructeurs de téléphone (...) mais, maintenant que Google acquiert la branche appareils mobiles de Motorola (...), Google apparait soudain comme dépendant», selon M. Schroeder. (afp)

Ton opinion