Genève: L'accusé était un véritable prédateur
Actualisé

GenèveL'accusé était un véritable prédateur

Le meurtrier présumé d'Olga, Péruvienne dont le corps reste introuvable, sera jugé en décembre. Plus de 11 ans après les faits.

par
ila

Assassinat, viols, séquestration: voilà un aperçu des charges qui pèsent contre G., Péruvien de 44 ans. Mardi, les réquisitions du Parquet ont été présentées devant la Chambre d'accusation. De corpulence athlétique, l'accusé s'est présenté à l'audience le visage fermé, griffonnant dans un carnet. Il a toutefois exprimé sa fureur «d'être en prison depuis cinq ans».

Selon l'acte d'accusation, G. a «un besoin compulsif d'exercer sur son entourage féminin un contrôle aussi violent qu'absolu». Une expertise psychiatrique pose le diagnostic d'une personnalité psychopathique, dont le fonctionnement ne peut être amélioré par aucun traitement. Le médecin préconise d'ailleurs un internement.

Le prévenu aurait tué Olga, son ex-maîtresse, alors âgée de 23 ans, le 6 février 1999, jour des préparatifs du 1er anniversaire de leur fille. L'homme est aussi poursuivi pour des viols sur une ex-compagne et sur la fille adolescente de celle-ci, qu'il avait adoptée.

Le procès de G., défendu par Me Hayat, devrait se tenir en décembre. Un soulagement pour les parents d'Olga, qui se battent depuis onze ans pour obtenir justice: «Nous pourrons enfin rentrer au Pérou, où attendent nos cinq autres enfants.»

Mais un fait entrave encore leur deuil: le corps d'Olga n'a pas été retrouvé. «Nous espérons tous qu'il le soit, dit Me Jordan, l'un de avocat des parties civiles. Et l'accusé pourrait débloquer la situation.»

Enfer en sous-sol

C’est dans une cave du 8, rue Hugo-de-Senger, qu’il louait pour son travail, que G. aurait commis une partie de ses crimes. Olga y aurait été assassinée avec une arme à feu qui n’a jamais été retrouvée. L’accusé y aurait aussi séquestré sa fille adoptive des semaines entières, abusant d’elle régulièrement. Enfin, c’est là que G. a roué de coups une ex-compagne enceinte de ses œuvres, provoquant un avortement.

Ton opinion