Actualisé 19.12.2012 à 17:49

Horgen (ZH)

L'accusée souffre d'une conscience défaillante

Le mère de famille qui a avoué la semaine dernière au tribunal le meurtre de son bébé en 1999 et de ses deux jumeaux en 2007 à Horgen (ZH) souffre de troubles compulsifs et de paranoïa.

La femme de 39 ans jugée pour l'assassinat de ses enfants perçoit son environnement comme étant plutôt hostile et menaçant, estime le spécialiste mandaté par la justice zurichoise qui a présenté mercredi son expertise au Tribunal de district de Horgen (ZH). Elle est en outre incapable de lier réalité, pensées et sentiments, selon le psychiatre mandaté par la justice zurichoise. Ses troubles compulsifs engendrent chez elle une obsession d'un certain ordre. L'accusée doit pouvoir fonctionner à la perfection pour contrôler cet ordre et le maintenir.

Lorsque l'ordre qu'elle requiert est fortement menacé, elle est capable de faire brutalement table rase. Cette tendance a pu l'amener à tuer ses enfants, selon le psychiatre. Ce d'autant plus que la femme ne dispose d'aucune voix intérieure lui permettant de rejeter une idée aberrante lorsque celle-ci lui vient.

Toutefois, l'expert ne lui atteste pas une responsabilité restreinte. Il a recommandé une mesure stationnaire.

Santé affaiblie

Ce cercle infernal qui a mené au meurtre des jumeaux, à la veille de Noël 2007, s'est mis en marche en 2006. La santé de la mère de famille est alors affaiblie par plusieurs interventions chirurgicales. L'accusée ne réussit plus à satisfaire ses exigences de perfection et d'ordre.

Se sentant par ailleurs délaissée par son mari, elle se lance dans deux relations extra-conjugales qui compliquent encore la donne. «Et en plus, il y avait les deux enfants», a-t-elle confié au psychiatre.

C'est alors que lui vient l'idée de supprimer ses jumeaux, un garçon et une fille de 7 ans, sans lesquels la vie serait plus simple et l'ordre rétabli, selon elle. En l'absence de voix intérieure l'empêchant de passer à l'acte, la femme tue ses enfants pour faire table rase.

Déni de plusieurs années

Jusqu'à l'ouverture de son procès, la prévenue a toujours nié les faits, accusant même le père des enfants. Elle ne les a admis que la semaine dernière. Le soir du 23 décembre 2007, elle se lève en pleine nuit et étouffe son fils et sa fille en plein sommeil. Elle simule un cambriolage en mettant l'appartement en désordre avant de réveiller son mari qui constate la mort des enfants.

Autre aveu prononcé devant les juges, la mère de famille a affirmé avoir tué son premier bébé à l'âge de 7 semaines. Voulant le faire taire, elle l'aurait étouffé en plaçant sa main contre sa bouche, alors qu'il pleurait. Les enquêteurs avaient conclu à une mort subite. Le Ministère public a désormais ajouté ce premier meurtre dans son acte d'accusation.

Réquisitoire le 22 janvier

Condamnée en mars 2010 à la prison à perpétuité par la Cour d'assises du canton de Zurich pour double assassinat mais mal défendue par son avocate, elle obtient l'annulation du jugement. Le nouveau procès de première instance se tient devant le tribunal de district de Horgen, la Cour d'assise ayant entretemps été supprimée.

Le réquisitoire du procureur et la plaidoirie de la défense auront lieu le 22 janvier. Le jugement est attendu le 29 du même mois. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!