Actualisé 05.05.2014 à 18:00

Credit SuisseL'action du CS en baisse sur fond d'incertitudes

Credit Suisse, qui pourrait être accusée d'avoir organisé une aide massive et organisée à la fraude fiscale, risque des sanctions de grande ampleur aux Etats-Unis.

Le cours de l'action de la banque était sous pression lundi à la Bourse suisse. Dans la matinée, l'action CS perdait jusqu'à 3,6% de sa valeur dans un marché en légère baisse. Durant l'après-midi, le recul se montait à 2,64%.

Un vent de panique s'est levé ce week-end après que certains médias ont appris le déplacement urgent et secret à son début de la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf à Washington vendredi dernier pour rencontrer le ministre américain de la Justice. Cette rencontre s'inscrirait dans une opération de négociation visant à empêcher Credit Suisse de subir des sanctions de grande ampleur.

Outre une amende salée - certains experts parlent de 3 milliards de dollars (2,6 milliards de francs) - Credit Suisse pourrait notamment se voir interdit d'exercer sur sol américain.

Des spéculations déclenchées par le déplacement urgent - et à l'origine secret - de la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf à Washington vendredi pour rencontrer le ministre américain de la Justice Eric Holder. Pour rappel, le département fédéral des finances (DFF) a confirmé vendredi soir par communiqué que la ministre s'était entretenue à Washington avec M. Holder sur le thème du conflit fiscal.

Rien de «trop grand» pour la prison

Lundi, Eric Holder a affirmé pour sa part dans une vidéo diffusée sur le site du ministère de la justice américain (DoJ) qu'il n'y avait rien de «trop grand pour la prison» («no such thing as too big to jail»). Il faisait par là référence à l'expression «too big to fail» invoquée pour les institutions d'importance systémique.

«Je ne mentionnerai aucune cible particulière, mais je vous dirai ceci: je surveille personnellement l'évolution des enquêtes en cours, je suis déterminé à les voir aboutir», a déclaré M. Holder dans sa déclaration hebdomadaire. «Je veux réaffirmer le principe qu'aucun individu ni entité qui porte préjudice à notre économie n'est jamais au-dessus des lois», a-t-il ajouté.

Le ministre américain ne cite aucune banque. Mais ses propos interviennent alors que deux établissements, BNP Paribas et Credit Suisse, sont particulièrement dans le collimateur des autorités américaines. Le parquet fédéral fait pression sur ces deux banques afin qu'elles plaident coupable pour éviter des sanctions pénales ou minorer d'éventuelles amendes.

Equité et proportionnalité

Selon le département de Mme Widmer-Schlumpf, les discussions entre cette dernière et le DoJ ont porté sur le programme américain visant à régler le différend fiscal avec les banques des catégories 2, 3 et 4. Egalement au menu, les enquêtes pénales en cours aux Etats-Unis contre les instituts de la catégorie 1 établis en Suisse, a précisé le DFF.

Ce dernier a toutefois indiqué vendredi «ne pas s'exprimer sur la procédure en cours contre les établissements de la catégorie 1». En revanche, il a assuré que la Suisse s'efforce d'obtenir des autorités américaines équité et respect du principe de proportionnalité, afin que les banques helvétiques ne soient pas traitées plus sévèrement que les autres.

SFI de la partie

Pour cette visite non annoncée outre-Atlantique, la conseillère fédérale était accompagnée par Jacques de Watteville, chef du Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales (SFI). Etaient également de la partie des représentants du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et du Département fédéral de justice et police (DFJP).

Pour mémoire, la catégorie 1 regroupe les banques en Suisse sous le coup d'une procédure, et donc exclues du programme de régularisation. La catégorie 2 concerne celles qui estiment possible avoir enfreint la loi américaine tandis que la 3e regroupe les banques en mesure de prouver n'avoir commis aucune activité illégale. Les instituts régionaux, sans clients américains, forment la 4e catégorie. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!