Baskets de Federer  - «L'action On est clairement surévaluée»
Publié

Baskets de Federer «L'action On est clairement surévaluée»

L'introduction en Bourse de la marque de chaussures suisses On à New York mercredi devrait rendre ses fondateurs milliardaires. Des experts analysent l'opération.

Roger Federer a acquis des parts dans le fabricant de chaussures zurichois dès 2019. 

Roger Federer a acquis des parts dans le fabricant de chaussures zurichois dès 2019.

ON/Diane Deschenaux

La marque de baskets zurichoise On est sûre d'attirer l'attention grâce au soutien et à la participation de la star du tennis Roger Federer. Après une bonne décennie d'activité, la société revendique une croissance rapide au niveau international. Ce mercredi, l'équipementier doit faire son introduction en Bourse à New York. Toutefois, l'opération pourrait être annulée ou reportée en cas de chute du marché ou de manque d'intérêt. Selon les documents déposés auprès du régulateur américain (SEC), les actions seront disponibles à un prix compris entre 18 et 20 dollars. L'opération permettrait à On, qui sera cotée sous le nom de «ONON», de lever jusqu'à 620 millions de dollars.

Pourquoi y a-t-il tant de bruit autour de On?
«C'est surtout à cause de Roger Federer, mais ce n'est pas justifié. Federer est un investisseur dans l'entreprise, mais il est surtout actif en tant qu'ambassadeur de la marque», explique Alfred Herbert, expert boursier, à «20 Minuten». De son côté, Patrik Schwendimann, analyste à la Banque cantonale de Zurich, affirme que la marque avait déjà atteint un niveau de notoriété remarquablement élevé avant l'arrivée de Federer. Grâce à un produit fondamentalement bon et à un marketing efficace, la société profite de l'essor des chaussures de sport.

Que faut-il penser de cette introduction en Bourse?
«Le prix de l'action est clairement surévalué», estime Alfred Herbert. «Pour une entreprise soumise à une concurrence massive, avec un chiffre d'affaires annuel de 500 millions de dollars et des bénéfices de cinq millions de dollars, une telle capitalisation boursière est totalement exagérée.» Patrick Schwendimann trouve également le prix élevé, mais il souligne les perspectives d'avenir: «Cette marque a connu une forte croissance ces dernières années et a atteint un niveau de reconnaissance remarquablement fort.» Selon lui, si cette forte croissance se poursuit, les bénéfices monteront également en flèche à l'avenir.

Qui va profiter de cette opération?
Des dizaines de personnes sont susceptibles de tirer avantage de l'introduction en bourse de On. Les trois fondateurs et membres du conseil d'administration, Olivier Bernhard, David Allemann et Caspar Coppetti, qui détiennent ensemble environ la moitié de toutes les actions, selon le prospectus d'introduction en Bourse, en profiteront le plus. Avec une capitalisation boursière visée à environ 6 milliards de dollars, cela représenterait environ 1 milliard par fondateur. La part de Roger Federer étant inférieure à 5%, il recevrait un maximum de 300 millions de francs. Les salariés de la firme qui en détiennent des actions vont également en bénéficier.

Pourquoi On entre en Bourse à New York et pas à Zurich?
Une cotation de l'action à Wall Street est essentielle pour On, selon Albert Herbert: «C'est la seule façon pour les propriétaires d'avoir accès à des grands investisseurs institutionnels, notamment aux États-Unis. Avec une cotation en Suisse, cela ne serait pas possible à une telle échelle.» Mais Patrick Schwendimann regrette que On ait fait ce choix, car il estime qu'à Zurich, la société aurait reçu beaucoup plus d'attention par rapport à l'énorme marché des capitaux américains.

Quelle sera la performance du marché boursier de On?
«Les vendeurs de l'action vont essayer d'obtenir un bon prix d'ouverture pour un succès à court terme», prédit Albert Herbert. «Je ne vais acheter aucune de ces actions à ce stade. Le prix est trop gonflé.» Patrick Schwendimann s'attend également à des fluctuations du cours de l'action après l'introduction en Bourse. Mais ce qui est important pour la performance de l'action, c'est de savoir si la société peut continuer à avoir du succès avec une forte croissance des ventes et, en fin de compte, une forte croissance des bénéfices.

Fondé par d'anciens athlètes

L’entreprise On est un fabricant de chaussures de sport basé à Zurich, avec des sièges sociaux à Zurich, Portland (USA), Berlin, Yokohama et Shanghai. Elle a été fondée par d'anciens athlètes de haut niveau et des ingénieurs, d’abord dans un garage à Zollikon (ZH) avant de devenir une marque internationale en l’espace de cinq ans. Roger Federer a acquis des parts dans l'entreprise dès 2019, mais le montant n'a pas été communiqué. Des analystes tablent sur une somme comprise entre 50 et 100 millions de francs. Mais le Bâlois peut se le permettre: le magazine économique «Bilan» estime sa fortune entre 400 et 500 millions de francs.

(fpo/reg)

Ton opinion

9 commentaires