Actualisé 27.10.2008 à 18:09

Folie boursièreL'action Volkswagen gagne jusqu'à 200% à Francfort

Le titre Volkswagen a vu sa valeur multipliée par plus de deux lundi à la Bourse de Francfort.

Une performance inédite qui a tiré à elle toute seule l'indice Dax dans le vert, alors que le reste du marché était en pleine déconfiture.

A 17h15 l'action Volkswagen (VW) s'envolait même de 201,16% à 634,99 euros. Elle a finalement terminé la journée à 520 euros (&146,62%). C'était la seule valeur dans le vert parmi les trente qui composent le Dax, mais à lui seul le titre a tiré l'indice en territoire positif (&0,91%). La pondération dans l'indice de VW, l'une des plus grandes entreprises industrielles allemandes, est très forte.

Les courtiers expliquaient ce bond inédit par un mouvement de «panique à l'achat», de la part de fonds d'investissements notamment. Ces derniers doivent se couvrir en actions Volkswagen après avoir spéculé sur le titre.

Porsche augmente sa part dans VW

A l'origine de cette hausse spectaculaire, le constructeur Porsche a annoncé dimanche détenir dorénavant 74,1% du capital du premier constructeur européen (42,6% directement et 31,5% sous forme d'options). Il s'agit de l'aboutissement d'un feuilleton qui dure depuis de longs mois.

Porsche a expliqué s'être décidé à communiquer sur la hauteur de sa participation «à cause des évolutions dramatiques sur les marchés financiers». Autre motivation: donner l'occasion aux vendeurs à perte (les investisseurs qui ont parié sur une baisse du titre et qui étaient apparemment nombreux à spéculer sur l'action Volkswagen) de dénouer leurs positions «dans le calme et sans trop de risque».

Baisse du capital négociable en Bourse

Le résultat s'est fait sentir lundi, mais pas dans le calme. De fait, la montée de Porsche dans le capital de VW réduit le flottant de la société (la part de son capital librement négociable en Bourse) à quelque 6%, l'Etat régional de Basse-Saxe détenant une part d'environ 20%.

La marge de manoeuvre des fonds qui ont spéculé sur le titre et doivent en acheter pour couvrir leurs engagements est donc limitée. Ce qui fait de l'action une denrée rare. Le titre étant cher en valeur absolue, ces mouvements se traduisent par des fluctuations de plusieurs dizaines de milliards d'euros de sa capitalisation boursière en cours de séance. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!