Pologne en deuil: L'adieu aux victimes se tiendra samedi
Actualisé

Pologne en deuilL'adieu aux victimes se tiendra samedi

La Pologne s'est lancée lundi dans la préparation des obsèques, après l'acciden d'avion qui a coûté la vie à son président.

Le pays devrait y convier des dirigeants du monde entier.

Un hommage officiel sera rendu samedi aux 96 personnes tuées dans la catastrophe, près du monument au soldat inconnu, sur l'immense place Pilsudski, dans le centre de Varsovie, a annoncé lundi le président du Sénat, Bogdan Borusewicz.

Des dizaines de milliers de Varsoviens portant des bougies s'étaient rassemblés au même endroit dès samedi, jour de l'accident survenu près de la forêt de Katyn dans l'ouest de la Russie.

La date de l'inhumation du président polonais n'a pas encore été fixée. Son cercueil sera exposé au public au palais présidentiel mardi. L'ancien chef du cabinet du président Kaczynski, Mme Elzbieta Jakubiak, a indiqué à l'AFP qu'il était «fort possible» que les funérailles se déroulent sur deux jours, samedi et dimanche.

Trois lieux de sépulture sont envisagés: soit la cathédrale de Saint Jean, soit le cimetière historique de Powazki, à Varsovie, ou soit encore la cathédrale du Wawel à Cracovie (sud), où reposent les rois et les présidents de Pologne, a-t-elle précisé.

Dirigeants annoncés

Le président russe Dmitri Medvedev souhaite participer aux funérailles, a annoncé lundi le chef de la diplomatie polonaise Radoslaw Sikorski, qui n'a pas non plus exclu la venue du président américain Barack Obama.

Le gouvernement allemand a annoncé la présence de la chancelière Angela Merkel et du président Horst Köhler avant même de connaître la date des funérailles.

Le président de l'Union européenne (UE) Herman Van Rompuy, le chef de la Commission européenne José Manuel Barroso, ainsi que plusieurs chefs d'Etat ou de gouvernement d'Europe centrale ont aussi fait connaître leur intention de rendre cet ultime hommage au président polonais.

La nouvelle de l'accident, qui a emporté M. Kaczynski mais aussi tous les chefs d'état-major de l'armée du pays, le gouverneur de la banque centrale et de nombreuses autres personnalités, a suscité une vive émotion et une cascade de réactions dans le monde.

La Russie, dont les relations avec la Pologne étaient difficiles ces dernières années, observait lundi une journée de deuil national. Idem pour l'UE, l'Ukraine et la Lituanie. La République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie et la Turquie ont annoncé une journée de deuil pour la date des obsèques et le Brésil trois jours de deuil après l'accident.

Corps identifié

Le corps de la Première dame de Pologne, Maria Kaczynska, qui n'avait pu être rapatrié dimanche avec celui de son époux, a finalement pu être identifié lundi. Celui du président est arrivé dimanche après-midi dans la capitale polonaise où des dizaines de milliers de Varsoviens s'étaient massés tout au long du trajet du cortège l'ayant conduit au palais présidentiel.

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine, qui est allé sur les lieux de la catastrophe samedi, puis une fois encore dimanche pour un adieu à la dépouille de M. Kaczynski, a promis une «enquête objective et complète» sur la catastrophe.

Toutes les données du vol sont intactes et l'équipage a bien reçu l'alerte sur les conditions météorologiques difficiles, a assuré le gouvernement russe. Rien n'indique pour le moment que les pilotes ont subi des pressions de la délégation polonaise pour atterrir malgré le mauvais temps, a déclaré de son côté le procureur général de Pologne, Andrzej Seremet.

Des corps de victimes se trouvaient toujours lundi dans les débris de l'appareil, a-t-il ajouté. «Quatre-vingt-sept corps ont déjà été retrouvés», a-t-il précisé.

Depuis samedi à 18hOO, toute la Pologne est plongée dans un deuil national d'une semaine. Les élèves et enseignants ont observé une minute de silence lundi matin dans les écoles.

(ats/afp)

Ton opinion