Actualisé 27.10.2008 à 09:43

Raid américain en SyrieL'administration Bush accusée de «crime de guerre»

La presse officielle syrienne a dénoncé lundi comme un «crime de guerre» le raid mené la veille dans un village frontalier de l'Irak.

Elle a rendu l'administration du président américain George W. Bush responsable de cette attaque, qui a tué huit civils selon Damas.

«Les forces américaines venant d'Irak ont commis un assassinat avec sang froid. Il ont commis un crime de guerre qui a tué huit ressortissants syriens civils dans un village calme à huit kilomètres de la frontière irakienne», écrit le journal gouvernemental «Techrine».

«Cette agression américaine illustre la stupidité de l'administration Bush ainsi que les crimes commis par les armées américaines en Irak et en Afghanistan», affirme le journal.

Le journal se félicite du départ prochain du président «Bush et de son équipe de guerre. Personne, aux Etats-Unis et dans le monde ne les regrettera. Ils seront maudits par les peuples en raison des pertes humaines et matérielles qu'ils leur ont infligées», ajoute «Techrine».

Al-Baas, journal du parti au pouvoir, a qualifié le raid d'«agression et d'aventure sans précédent».

«Le président Bush peut annoncer aujourd'hui à son public une nouvelle histoire sur la lutte contre le terrorisme. Il pourra mentir pour la millième fois à la nation américaine, mais il ne pourra jamais cacher ses mains tachées par le sang des civils syriens à la veille de son départ» de la Maison Blanche, affirme «al-Baas».

«Le terrorisme américain frappe la Syrie», a titré le quotidien «al-Watan», proche du pouvoir. «Les Etats-Unis ont ajouté à leur registre noir une nouvelle violation contre les civils», écrit-il, affirmant que le raid américain est «une violation flagrante de la souveraineté de la Syrie».

Le Pentagone ne répond pas

Les médias officiels syriens ont rapporté que des soldats américains débarqués d'hélicoptères ont pris d'assaut dimanche un immeuble civil en construction. Ils ont tiré sur les ouvriers, faisant huit morts, dans le village d'Al-Soukkariya, dans la région d'Abou Kamal, à environ 550 km au nord-est de Damas, près de la frontière irakienne.

Damas a convoqué les chargés d'affaires américain et irakien et demandé à Bagdad d'interdire l'utilisation de son territoire pour lancer «des agressions contre la Syrie».

A Washington, un porte-parole du Pentagone a indiqué qu'il n'y avait «pas de réponse» officielle aux informations sur cette opération, qui serait la première du genre lancée par les Etats- Unis en territoire syrien. A Bagdad, l'armée américaine a dit «enquêter».

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!