Actualisé

L'administration fédérale pond des rapports superflus

Nonante pour cent de rapports en moins, c'est l'une des propositions faites par un groupe de travail dans le cadre de la réforme de l'administration fédérale.

L'équipe emmenée par Hans Werder, secrétaire général du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC), a rendu sa copie. «Il s'agit de premières propositions», a précisé l'intéressé la Neue Zürcher Zeitung. Elles iront alimenter les travaux ultérieurs prévus dans le cadre de la réforme de l'administration. Il n'en reste pas moins que certaines sont percutantes. Ainsi 90 % des rapports de controlling sont jugés superflus.

Des simplifications considérables sont également envisagées dans la masse de travail effectuée par les offices fédéraux à l'intention du Parlement. Le groupe propose de limiter le nombre des interventions parlementaires. On pourrait ainsi renoncer aux interpellations, questions simples, de même qu'à l'heure des questions, voire exiger un nombre minimal de signataires.

En matière de politique du personnel, le groupe estime que jusqu'à 600% des prescriptions dans ce domaine sont superflues. Il propose de déléguer des tâches aux départements et de revoir l'offre de formation.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!