L'aéroport sur les nerfs à cause des bagages suspects
Actualisé

L'aéroport sur les nerfs à cause des bagages suspects

COINTRIN – Un sac de sport douteux a conduit la police à boucler la moitié du secteur départ, hier aux alentours de 15 h 30.

«Circulez, éloignez-vous, lance de derrière le périmètre de sécurité un agent de la police de sécurité internationale. Le calme relatif avec lequel le policier semble gérer la situation contraste avec l'attitude très précautionneuse du démineur qui, face aux guichets EasyJet, manipule un sac de sport couleur kaki. «Cela devient de plus en plus fréquent d'avoir à agir sur des sacs suspects, explique le piquet de direction de l'aéroport, Marc Mounier. Nous sommes confrontés à ce genre de cas plusieurs fois par semaine.» Une intervention somme toute presque banale: «Si une valise est abandonnée, reprend Marc Mounier, nous déclenchons immédiatement l'alarme DSD (détachement spécial de déminage). Une machine est alors dépêchée afin de détecter une trace d'explosif. Puis, le robot envoie une charge d'eau sous pression pour faire exploser le sac. Enfin, le démineur intervient dans le dessein de finaliser l'opération. Les passagers ont pu accéder aux desks et procéder au check-in, qui avait été interrompu le temps de sécuriser les lieux. Même si l'opération a duré près d'une demi-heure, elle souligne bien l'accent mis sur la sécurité aéroportuaire ces derniers temps. Un employé de l'aéroport, qui préfère garder l'anonymat, commente ces nouvelles mesures en vigueur: «Nous-mêmes sommes soumis à des contrôles de plus en plus fréquents lorsque nous nous déplaçons dans l'enceinte, lâche-t-il. Cela peut parfois aller jusqu'à la fouille.»

Shahïn Ammane

Ton opinion