Micheline Calmy-Rey: L'affaire de la lettre n'aura aucune suite

Actualisé

Micheline Calmy-ReyL'affaire de la lettre n'aura aucune suite

Les indiscrétions entourant la publication d'une lettre de Micheline Calmy-Rey à l'OCDE le printemps dernier n'auront pas de suites pénales.

Le Ministère public de la Confédération a classé une plainte de la Chancellerie fédérale.

Destinée au secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria, cette lettre officielle n'avait jamais été envoyée. Le 22 mars, l'hebdomadaire dominical «SonntagsBlick» en avait publié le contenu. La conseillère fédérale adressait des compliments à l'OCDE.

Micheline Calmy-Rey louait le travail de l'OCDE pour la préparation du sommet du G 20, de début avril. L'UDC avait vivement réagi en rappelant les pressions exercées par l'OCDE sur la Suisse, suspectée d'être un paradis fiscal.

Sans prononcer le nom de la ministre socialiste des affaires étrangères, Caspar Baader, chef du groupe parlementaire, l'avait accusée d'avoir «poignardé la Suisse dans le dos», alors que la Confédération devait se défendre des pressions exercées par l'OCDE.

A la demande du gouvernement, la Chancellerie fédérale avait déposé plainte pour «publication de documents internes». Comme les investigations n'ont pas permis de donner des indices sur les auteurs des indiscrétions, La procédure a été entretemps classée, a indiqué à l'ATS la porte-parole du Ministère public de la Confédération, Jeannette Balmer.

(ats)

Ton opinion