Actualisé 23.04.2008 à 21:22

L'affaire Garbani risque d'influencer les électeurs

Avec le vote par correspondance,
la plupart des électeurs ont déjà voté à Neuchâtel. Le scrutin est incertain au chef-lieu.

Dimanche, tous les regards seront tournés vers Neuchâtel. Valérie Garbani sera-t-elle réélue malgré l'étalage de ses déboires dans la presse? «En tout cas, moi, ça m'a convaincu de l'importance du vote pour les femmes, et je voterai pour elle», commentait hier matin une Neuchâteloise à l'heure du café dans un bistrot de la ville.

Dans les restos, dans les journaux, sur les forums, à la télévision, des débats enflammés fusent partout sur le sujet. «Nous verrons si cela provoque un vent de sympathie pour elle ou un vote-sanction», s'interroge Matthieu Béguelin, président de la section locale du PS.

Si le vote-sanction l'emporte, il est aussi possible que le PS maintienne ses deux sièges à l'exécutif, mais que l'ex-conseillère nationale se fasse reprendre le sien par son colistier Pierre Bonhôte, évincé en 2004. Au niveau de la campagne, qui a eu de la peine à démarrer, «seuls les libéraux ont sorti leur épingle du jeu», selon un observateur politique.

Avec notamment les «opérations anti-tags»: ils ont repeint des murs sprayés, relayant le ras-le-bol d'une frange de la population sur la propreté du centre-ville. Depuis 2004, la gauche est majoritaire au législatif. Hier, 26% des bulletins étaient déjà parvenus à la chancellerie. 34% des citoyens avaient voté en 2004.

Nando Luginbuhl

Policier mouchard suspendu

Le policier auteur des fuites sur la vie privée de Valérie Garbani, présidente de la Ville, a été suspendu avec effet immédiat. Le Conseil communal a annoncé hier cette décision touchant un agent de la police locale. L'exécutif a annoncé son intention d'appliquer une sanction disciplinaire à l'égard du policier. Celle-ci sera fixée à l'issue d'une procédure interne garantissant à la personne incriminée le droit d'être entendue.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!