Tennis: «L'affaire Kyrgios» enflamme Flushing

Actualisé

Tennis«L'affaire Kyrgios» enflamme Flushing

L'arbitre Mohamed Lahyani a-t-il «coaché» Nick Kyrgios? «Ridicule», s'esclaffe l'Australien. Pierre-Hugues Herbert «attend des excuses». Federer prévient: «Ça n'arrivera plus.»

par
Mathieu Aeschmann
New York

Déjà secoué mardi par «l'affaire Cornet», cet US Open de canicule continue de perdre la tête et de soulever des questions de fond. Dernier épisode: l'intervention surréaliste de l'arbitre Mohamed Lahyani au chevet de Nick Kyrgios. Une tirade enflammée d'une minute – «Je veux t'aider» – qui a relancé l'Australien et secoué le microcosme. Après un débat sur l'égalité, voici donc Flushing en plein «Grenelle de la justice».

La question centrale est finalement simple: Mohamed Lahyani a-t-il outrepassé son rôle et donc influencé l'issue de ce deuxième tour? Dans les faits, le lien entre le timing de l'intervention (6-4, 3-1 Herbert) et le score final (victoire en quatre sets de Kyrgios) est suspect. Quant aux interprétations, elles varient naturellement selon les parties.

Kyrgios choisit l'ironie

«L'arbitre ne m'a pas coaché, c'est ridicule, s'est exclamé Nick Kyrgios. Il m'a dit que je ne pouvais pas continuer comme ça, car je faisais du mal à l'intégrité du tennis. Il m'a dit aussi qu'il m'aimait bien, mais est-ce un encouragement (il lève les yeux au ciel)? Et c'est bien connu, Mohamed Lahyani est un grand joueur de tennis. Il m'aurait coaché? Mais de quoi parlez-vous!» Selon l'Australien, l'arbitre suédois n'a donc fait que le mettre en garde contre un potentiel avertissement pour «non-combativité».

Quelques minutes plus tard, Pierre-Hugues Herbert jetait évidemment un regard moins ironique sur l'épisode. «Sur le moment, je n'ai pas pris conscience de ce qu'il se passait. C'est toujours tellement le bordel avec Nick (sic) que j'avais décidé de me concentrer sur moi-même. Mais quand tu vois la vidéo après coup et que tu la compares au fait que son niveau s'est totalement transformé, tu ne peux pas t'empêcher de te dire: et si l'arbitre n'était pas allé lui parler.»

Alizé Cornet avertie pour un «strip-tease»

Les corps souffrent à l'US Open et certains cerveaux aussi. Un arbitre a sanctionné la Française qui voulait juste remettre son haut à l'endroit.

Herbert «attend des excuses»

Et l'Alsacien de développer: «Il y a une phrase qui n'est pas normale, c'est «j'ai envie de t'aider». L'erreur est humaine. Je ne suis pas Américain donc je ne vais pas leur faire un procès. Mais quand je vois le chef des arbitres qui vient me briefer avant la conférence de presse, il ne faut pas me prendre pour un imbécile... J'ajoute que Nick n'y est pour rien. Il était sur sa chaise et ne demandait rien à personne. Par contre, j'espère que Mohamed, qui est un superarbitre et un mec compréhensif, viendra s'excuser.»

Et si le noeud du problème ne tenait pas dans ce dernier constat de «P2H»: Nick Kyrgios ne demandait rien: ni une sommation pour lui éviter l'avertissement ni une intervention du soigneur (il a finalement accepté des pastilles de sels minéraux). Mohamed Lahyani est donc bel et bien sorti de son rôle «d'homme de loi» pour devenir acteur de cette partie. Et c'est justement ce qui n'a pas plu à Roger Federer. «Un arbitre ne descend pas de sa chaise et il ne parle pas ainsi. Je ne sais pas ce qu'il a dit à Nick et je ne veux pas le savoir. Mais ce n'était pas juste: «comment te sens-tu» (ndlr: ce qu'a prétendu l'USTA dans un communiqué grotesque). Le tout a duré trop longtemps. C'était une conversation et une conversation peut changer l'état d'esprit d'un joueur.»

Federer hausse le ton

Roger Federer fut alors questionné sur sa possible réaction si une telle scène se produisait à ses dépens (il affronte Kyrgios samedi). «Cela n'arrivera pas», a-t-il répondu sèchement. Relance du journaliste: «J'ai bien compris votre question et je crois que vous avez bien compris ma réponse. Cela n'arrivera plus.» Si le patron le dit, on peut lui faire confiance. Autant dire que même si l'ITF et l'ATP s'alignent pour une fois pour épargner leur «arbitre star», Mohamed Lahyani a perdu jeudi beaucoup de son immense crédit.

Ton opinion