Actualisé 22.02.2014 à 22:26

Hockey

L'affrontement de deux géants

La Suède et le Canada se disputeront dimanche après-midi la médaille d'or des Jeux olympiques de Sotchi. Deux équipes bien différentes.

de
Robin Carrel, Sotchi

Ce remake de la finale de Lillehammer en 1994 (remportée 3-2 aux tirs aux buts par les Scandinaves, grâce à un certain Peter Forsberg) offrira une grande première. C'est en effet la première fois que des formations de continents différents s'affronteront pour l'or, depuis que les stars de NHL ont été autorisées à jouer le tournoi olympique en 1998 à Nagano.

Le duel qui oppose les deux derniers champions olympiques s'annonce pour le moins palpitant. Du côté nord-américain, dix joueurs ont déjà l'expérience de ce genre de rendez-vous pour l'avoir gagné en 2010. Au sein de la «Tre Kronor», quatre éléments ont été dorés il y a huit ans à Turin. De plus, ces deux équipes ont sans doute les deux meilleurs portiers du tournoi. C'est en grande partie à cause d'eux, que les attaquants les plus prolifiques de la planète n'ont pas été en mesure de faire feu de tout bois depuis le début du tournoi.

Crosby doit se réveiller

Chez les Canadiens, on se félicite bien sûr d'être en finale. Mais on est aussi inquiets pour la star Sidney Crosby. L'attaquant est en panne d'efficacité. Il a marqué son dernier but aux JO... en prolongation de la finale de Vancouver en 2010 contre les USA. Le joueur des Pingouins de Pittsburgh n'a offert que deux assists en cinq parties, malgré la faiblesse de certains adversaires. Plus globalement, ce sont les lignes offensives qui sont à la peine, même si le Canada est de loin l'équipe qui tire le plus au but du tournoi (205 essais cadrés).

Heureusement que la défense est prolifique. Le moitié des buts de l'équipe à la feuille d'érable a été inscrite par Drew Doughty et Shea Weber. Il faudra sans doute autre chose que quelques éclairs individuels pour permettre à la troupe de Mike Babcock de remporter un 9e titre olympique, le premier sur sol européen depuis 62 ans et les JO d'Oslo.

Karlsson au sommet

La Suède, elle, peut compter sur son style de jeu pragmatique pour embêter n'importe qui. Les Scandinaves sont, de plus, sur une sacrée lancée, eux qui avaient battu la Suisse (5-1) lors du Mondial qu'ils avaient organisé en mai dernier. Une petite dizaine des Champions du monde de Stockholm sont d'ailleurs présents à Sotchi. Un avantage certain, face au «All-Star Team» canadien.

Comme d'habitude, les situations spéciales vont peser de tout leur poids sur le verdict que rendra la rencontre. A ce petit jeu, le collectif de la «Tre Kronor» fait merveille. Par Marts a monté de toutes pièces le meilleur avantage numérique du tournoi, avec sept buts inscrits. Ce power-play est mené de main de maître par celui qui devrait être élu MVP des JO dimanche: l'exceptionnel Erik Karlsson (4 buts et 4 assists). La Suède peut aussi s'inspirer de son voisin finlandais, qui a laminé la veille les Etats-Unis 5-0 pour conquérir le bronze.

Imbroglio autour de l'arbitrage

La nomination de l'arbitre canadien Kelly Sutherland pour la finale entre son pays et la Suède de dimanche après-midi a pas mal fait jaser du côté de Sotchi. L'IIHF, la Fédération internationale de hockey sur glace, a même dû communiquer la veille pour justifier son choix.

«Le facteur principal de sélection pour cette rencontre a été l'expérience du plus haut niveau de la compétition. Ceci inclus les play-off de la Coupe Stanley, les Championnats du monde et les Jeux, a indiqué Konstantin Komissarov, un des deux managers des arbitres au Palais Bolchoï. Les nationalités des hommes ne sont pas prises en compte. Nous voulons que les meilleurs soient sur la glace et nous avons totalement confiance dans leur professionnalisme.»

Quatorze arbitres et autant de juges de ligne ont été sélectionnés pour le tournoi olympique. La moitié est venue de NHL et l'autre a été choisie parmi ce qui se fait de mieux au sein de l'IIHF.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!