Vaud: «L'Agefi» poursuivi par ses créanciers
Publié

Vaud«L'Agefi» poursuivi par ses créanciers

L'imprimerie Atar Roto Press, qui travaillait depuis douze ans avec «L'Agefi», requiert la mise en faillite du journal économique. Celui-ci lui devrait 190'000 francs.

par
ofu

«Du temps d'Alain Fabarez, nous n'avions aucun problème de paiement», a expliqué à «Bilan» Atar Roto Presse, basée à Satigny (GE). Selon le magazine, l'imprimerie familiale genevoise requiert la mise en faillite de l'entreprise qui édite le quotidien économique. Les deux firmes travaillaient ensemble depuis plus de douze ans.

Le montant des impayés se monterait à 190'000 francs. Concrètement, cette somme équivaut à deux mois de parution. L'imprimerie aurait dû activer à plusieurs reprises une clause qui lui permet de ne plus imprimer «L'Agefi» si les factures restaient impayées. Comme rien n'a bougé, Atar Roto Presse a donc décidé de poursuivre le journal.

Sur son site internet, «Bilan» précise que la Caisse de compensation AVS réclame par ailleurs plus de 270'000 francs à au quotidien économique et l'Administration fédéral des contributions près de 60'000 francs.

«Nos problèmes de trésorerie sont devenus plus difficiles à gérer depuis que l'Office fédéral des contributions à Berne a bloqué les comptes bancaires de notre actionnaire Alain Duménil, il y a un an et demi environ, dans le cadre d'une longue enquête de la Direction des affaires pénales et enquêtes (DAPE). Je précise qu'à ma connaissance, Alain Duménil est toujours présumé innocent», confirme le rédacteur en chef du quotidien économique, François Schaller. Alain Duménil détient 51% de« L'Agefi». Il est soupçonné d'avoir détourné près de 54 millions de francs du fisc.

Ton opinion