Actualisé 24.10.2014 à 10:00

Grande-Bretagne

L'agent infiltré était trop fécond

La police britannique devra verser 425'000 livres à titre de compensation à une femme ayant eu un enfant avec un homme dont elle ignorait qu'il était en réalité un agent sous couverture.

La police devra verser l'équivalent de 650'000 francs.

La police devra verser l'équivalent de 650'000 francs.

«Il disait s'appeler Bob Robinson. Il avait les cheveux longs, se présentait comme un gauchiste radical», raconte cette femme, «Jacqui», dans le journal «The Guardian».

«En réalité, c'était un agent d'une section spéciale de la police travaillant sur les manifestations. Il menait une mission de cinq ans pour infiltrer les groupes de défense de l'environnement et des droits des animaux», dit-elle.

Jacqui rencontre Bob Robinson alors qu'elle n'a que 22 ans. Elle tombe rapidement amoureuse, puis enceinte, de cet homme «charmant et charismatique», mais qui disparaît deux ans plus tard, en se disant traqué par la police.

Mission terminée, retour à la maison

En réalité, l'agent a terminé sa mission, il retrouve sa véritable identité, sa propre famille, ses enfants, et reçoit une promotion, laissant Jacqui sans nouvelles. Cette dernière découvre la vérité en 2012 dans un journal, après que des membres de Greenpeace l'eurent accusé d'avoir infiltré l'organisation dans les années 1980 à l'époque de campagnes antinucléaires.

La police britannique a reconnu les faits et présenté «ses plus profondes excuses pour la souffrance que cette relation» a causée. Scotland Yard a précisé toutefois que les instructions données aux policiers ne prévoyaient pas de «relations sexuelles».

Créée en 1968, la brigade pour laquelle l'agent sous couverture travaillait a été dissoute en 2008.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!