Bulgarie: L'agresseur d'un chef du parti inculpé
Actualisé

BulgarieL'agresseur d'un chef du parti inculpé

L'auteur de l'attentat manqué samedi à Sofia contre Ahmed Dogan, le dirigeant du parti de la minorité turque en Bulgarie, a été inculpé de «menaces de mort» et de«hooliganisme».

Arrêté par la police peu après l'agression, il s'agit d'un homme âgé de 25 ans, d'origine turque et habitant à Bourgas, sur les rives de la mer Noire, a précisé dimanche le procureur adjoint de Sofia, Borislav Safarov, lors d'une conférence de presse. L'agresseur d'Ahmed Dogan risque de 5 à 6 ans de prison.

Selon des experts de la police, cités par le procureur adjoint, même si l'homme avait réussi à tirer avec son pistolet à gaz, qui est surtout une arme d'autodéfense et propulse des cartouches de gaz lacrymogène, la vie d'Ahmed Dogan n'aurait pas été en danger.

L'assaillant avait été aussitôt maîtrisé par des délégués, qui l'avaient passé à tabac alors qu'il était déjà désarmé. Le Parquet bulgare examine maintenant s'il y a lieu de poursuivre pour «violences et coups et blessures» certains des délégués dont le visage est aisément reconnaissable sur les images diffusées largement par les chaînes de télévision, a ajouté M. Safarov.

Lettre à sa mère

D'après le chef du Service psychologique de la police, Nedelcho Stoychev, l'agresseur ne voulait pas attenter à la vie d'Ahmed Dogan, mais seulement «l'effrayer» et, par son acte, «acquérir cinq minutes de célébrité». Le chef psychologue de la police a par ailleurs révélé que l'homme avait laissé à son domicile une lettre, destinée à sa mère, dont il n'a pas communiqué le contenu.

L'agression a eu lieu pendant le congrès du MRF, au moment où Ahmed Dogan s'adressait de la tribune aux délégués. Visiblement effrayé, le politicien a cependant réussi à écarter l'arme avec un bras avant de se dissimuler sous le pupitre placé sur la tribune.

Ahmed Dogan, qui dirige le MRF depuis 1990, a annoncé après l'attentat manqué qu'il démissionnait de la présidence du parti. Le vice-président, Lyutvi Mestan, un fidèle, a été élu à sa place. (ats)

Ton opinion