Enfarinage: L'«agresseur» de Hollande en psychiatrie
Actualisé

EnfarinageL'«agresseur» de Hollande en psychiatrie

La femme qui avait jeté de la farine au visage de François Hollande lors d'une réunion à Paris a été placée mercredi soir à l'infirmerie psychiatrique de la police.

Cette femme avait enfariné François Hollande alors que le favori des sondages pour l'élection présidentielle des 22 avril et 6 mai participait à une rencontre sur les problèmes du logement organisée par la Fondation Abbé-Pierre.

Elle a ensuite raconté être elle-même une «mal logée» vivant à Lille, dans le nord de la France, se nommer Claire Séguin et être âgée de 45 ans.

Plaquée au sol par le service d'ordre et interpellée sur place par la police, elle avait été placée en garde à vue avant d'être transférée à l'infirmerie psychiatrique de la police «en raison de son état», souffrant «apparemment de troubles psychologiques».

François Hollande avait été enfariné alors qu'il était en train de signer un «contrat social» soumis à tous les candidats par la Fondation Abbé-Pierre, pour demander «un véritable changement d'orientation des politiques» de logement.

Pas de plainte

François Hollande n'aurait pas l'intention de déposer de plainte, selon la même source. Il avait évoqué mercredi l'acte d'«une personne irresponsable» qui «a essayé d'utiliser (la) réunion à d'autres fins». «Ce sont les risques du métier», avait-il commenté.

Coïncidence de calendrier, l'équipe chargée de la sécurité du candidat socialiste est passée jeudi de 2 policiers à 14, un renforcement qui avait été décidé avant l'incident de mercredi, selon son équipe de campagne.

Les fonctionnaires appartiennent au Service de protection des hautes personnalités (SPHP). Leur nombre permettra la présence en permanence et par roulement de trois policiers auprès de M. Hollande.

(afp)

Ton opinion