Actualisé 27.05.2009 à 19:16

BulleL'agression et le vol étaient un mensonge

La femme qui avait déclaré s'être fait voler plus de 11 000 fr. avait menti. Elle a gardé l'argent pour rembourser ses dettes.

de
Nicolas Maradan

Le 16 avril dernier, une femme de 44 ans a porté plainte auprès de la police fribourgeoise, prétendant qu'après qu'elle eut retiré une forte somme d'argent à un distributeur situé près de la gare de Bulle, aux alentours de midi, un homme en vélomoteur s'était arrêté près d'elle, l'avait menacée avec un couteau et lui avait dérobé l'argent. L'inconnu aurait ensuite pris la fuite sur son engin, emportant avec lui la somme de 11 200 fr. Mais, lors d'auditions menées par la police, la femme a finalement avoué qu'elle avait inventé toute l'histoire.

«La police a toujours des doutes quand quelqu'un relate une agression de manière trop claire, en donnant des détails très précis», explique Jean-Luc Mooser, juge d'instruction en charge de l'affaire. «Et il n'y avait pas eu de témoins de la scène.» La fausse victime a fini par révéler la vérité. Après avoir retiré l'argent pour le compte de son employeur, une entreprise basée en Gruyère, elle a fait croire à une agression et a gardé la somme pour elle. «Elle avait accumulé beaucoup de dettes et espérait ainsi pouvoir les rembourser», précise Jean-Luc Mooser.

Pour avoir «emprunté» plus de 11 000 fr. à son employeur, la femme sera inculpée d'abus de confiance, à quoi il faut rajouter une accusation pour avoir induit la justice en erreur. Le Code pénal prévoit un maximum de 5 ans de réclusion pour ces infractions.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!