Actualisé 06.08.2012 à 16:14

Asile L'aide d'urgence ne sera pas systématique

L'aide sociale ne sera pas remplacée systématiquement par l'aide d'urgence pour tous les requérants d'asile.

Le Conseil des Etats ne suivra pas les yeux fermés la décision du National de remplacer l'aide sociale par l'aide d'urgence pour tous les requérants d'asile. Avant que le plenum se penche sur cet objet très controversé, à la session d'automne normalement, sa commission veut des précisions.

Il n'existe pour l'heure aucune vue globale des prestations que reçoivent les requérants d'asile. Ce qui est sûr en revanche, c'est que celles-ci varient fortement d'un canton ou d'une commune à l'autre, a indiqué mardi à l'ats Verena Diener (PLV/ZH), vice- présidente de la Commission des institutions politiques du Conseil des Etats, revenant sur des informations des médias alémaniques.

Moins coûteuse

Avant de parler d'un remplacement de l'aide sociale par l'aide d'urgence, généralement moins coûteuse pour le contribuable, il s'agit d'examiner la possibilité d'harmoniser les prestations d'aide sociale versées aux requérants d'asile. Il incomberait au Parlement de fixer les maxima et minima.

Afin de disposer de toutes les données, la commission compétente du Conseil des Etats a demandé à la Conférence des directeurs cantonaux de l'aide sociale un aperçu de la situation. Le président de la conférence, le Soleurois Peter Gomm, se montre réservé. Une telle vue d'ensemble pourrait certes révéler certains cas extrêmes. Il restera encore à examiner si un tel outil permettra d'arranger les choses.

Selon lui, il serait faux de viser une harmonisation totale. Le prix du kilo de pain n'est pas le même à Zurich que dans la campagne, argumente-t-il.

Verena Diener est également d'avis que certaines différences sont légitimes, ne serait-ce qu'en fonction du coût de la vie. L'aide sociale et l'aide d'urgence ne doivent pas être harmonisées au franc près, précise-t-elle.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!