Actualisé 19.10.2009 à 15:53

Crise du lait

L'aide de 423 millions jugée insuffisante

La Commission européenne a annoncé lundi la création d'un «fonds laitier» de 280 millions d'euros (423 millions de francs) pour aider le secteur en crise.

L'exécutif européen a pris cette décision sous la pression des producteurs qui expriment leur colère depuis des semaines et d'un nombre grandissant de pays de l'UE.

Après avoir longtemps refusé de délier les cordons de la bourse, la commissaire à l'Agriculture, Mariann Fischer Boel, a fini, lors d'une réunion à Luxembourg des ministres de l'Agriculture européens, par «vider ses poches», selon son expression.

L'annonce intervient en réponse à la demande d'un groupe de 21 pays, emmenés par la France et l'Allemagne, qui milite activement pour que le secteur laitier, en cours de libéralisation avec la fin programmée des quotas (plafonds) de production, ne soit pas livré à la seule loi du marché.

Le nouveau fonds sera réparti au niveau national au prorata de la production laitière, ce qui fera de l'Allemagne (20%) et de la France (17%) les deux principaux bénéficiaires de l'enveloppe. Paris estime pouvoir en obtenir entre 47,6 et 60 millions d'euros.

Aider les exploitants

L'argent devra permettre de venir en aide aux exploitants qui ont les problèmes de liquidités les plus importants, sur la base de critères «non discriminatoires».

Il s'agit d'une «contribution de la Commission pour mettre un terme aux manifestations dans les rues», a reconnu Mariann Fischer Boel, soumise à une intense pression depuis des semaines. Elle a reconnu dans le même temps que cela représentait «moins de 1.000 euros par producteur».

Devant le bâtiment où se réunissaient les ministres, les éleveurs (entre 1.500 et 2.000 selon la police, 4.000 à 5.000 selon les organisateurs) ont déversé du purin et jeté des oeufs sur les forces de l'ordre, mettant le feu à des balles de foin et à des pneus.

Une école primaire, une grande galerie commerciale et un complexe de salles de cinéma ont dû être exceptionnellement fermés en raison du rassemblement, qui a bloqué également les transports en commun.

«Pas assez»

Le président de la fédération des syndicats agricoles européens COPA, Padraig Walshe, s'est félicité de l'annonce de Bruxelles, tout en estimant que ce n'était «pas assez». «Nous ne pouvons pas continuer ainsi en Europe avec des agriculteurs au bord de la banqueroute», a-t-il souligné, ajoutant que d'autres secteurs, l'élevage ou les céréales, étaient aussi «sous pression».

Les agriculteurs plus radicaux de la Fédération européenne des producteurs laitiers (EMB), à l'origine des récentes grèves des livraisons de lait, ont estimé pour leur part qu'ils ne pouvaient se contenter de cette subvention «sans une réduction des volumes» de lait sur le marché.

Mais aucun des ministres présents à la réunion n'a soutenu l'idée d'un retour aux quotas de production, a souligné Mme Fischer Boel. Et de rappeler qu'un groupe de travail de haut niveau est chargé de réfléchir d'ici juin 2010 à des moyens de protéger la filière contre les trop grandes fluctuations de prix.

La commissaire danoise a en revanche prévenu qu'après ces 280 millions d'euros, elle ne pourrait plus faire de cadeaux. «Vous avez plumé la poule aux oeufs d'or au maximum, il ne me reste rien», a-t- elle averti. Et de marteler: «On peut avoir d'autres craintes dans le monde agricole, mais là je le dis il n'y aura plus un sou». (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!