Impôts: L'Alabama va taxer les obèses en 2009
Actualisé

ImpôtsL'Alabama va taxer les obèses en 2009

L'année 2009 va être salée pour les citoyens de l'Etat américain de l'Alabama qui souffrent de surpoids.

Sous la pression du ministre de la santé Robert Wagstaff, le gouvernement de cet Etat a récemment décidé d'imposer ses habitants obèses. Ces derniers devront payer une taxe de 25 dollars (27 francs) par mois pour obtenir une assistance médicale, qui en théorie est gratuite pour une partie de la population. Les fumeurs doivent déjà payer 24 (26 francs) dollars mensuels pour obtenir cette assistance. Les citoyens en surcharge pondérale et accros de l'herbe à Nicot devront donc s'acquitter d'une taxe annuelle de 588 dollars pour avoir accès aux soins «gratuits».

«C'est pire que Big Brother», c'est indigné Tim Coley, fumeur en surpoids. «Non, c'est juste un impôt intelligent», lui a rétorqué le ministre de la santé, Wagstaff. «L'obésité et le tabagisme causent trop de maladies potentiellement mortelles. Sans compter que leur coût pèse sur notre bilan annuel. Ce n'est pas une amende, c'est un moyen de pousser la population à s'alimenter sainement et arrêter de fumer», a-t-il ajouté.

Les campagne d'éducation n'ont pas eu les résultats escomptés

Avec 30% de la population qui souffre de surpoids, l'Alabama est, après le Mississipi, l'Etat américain qui compte le plus d'obèses. «On risque une épidémie», a expliqué William Ashmore, directeur des assurance de l'Etat. «Le pourcentage de personnes en surcharge pondérale augmente chaque année. Nous avons décidé de les faire payer, parce que les campagnes de sensibilisation que nous avons menées n'ont pas donné les résultats escomptés», fait-il savoir. «Ceux qui réussiront à perdre du poids dans les prochains mois n'auront pas à payer la taxe de 25 dollars mensuels. De plus, l'Alabama a mis à disposition de ses citoyens des nutritionnistes et des professeurs de gymnastique pour qu'ils apprennent à manger sainement et à faire des exercices.»

Les Etats-Unis sont divisés

Malgré toutes les polémiques que cet impôt a suscité, les américains sont divisés. Pour certains, l'exemple de l'Alabama sera très prochainement suivi par le Mississipi et par d'autres Etats qui taxent déjà les «fast food», les sucreries et les boissons gazeuses.

Mais pour d'autres, comme Elisa Daufin, enseignante dans un lycée, ça ne suffira pas. «C'est une question de culture», a-t-elle affirmé. «L'Etat qui compte le plus petit pourcentage d'obèses est celui du Colorado, dans le cœur des Montagnes Rocheuses, parce que la population fait plus de sport, consomme moins de gras et cuisine à la maison. C'est aux famille de récupérer les bonnes vieilles habitudes culinaires.»

(atk)

Ton opinion