Programme MEDIA: L'alcool à la TV est toujours une pomme de la discorde
Actualisé

Programme MEDIAL'alcool à la TV est toujours une pomme de la discorde

La pub pour la bière et le vin à la TV continue de donner du fil à retordre.

La majorité de la commission des télécommunications du National prône une libéralisation même pour le service public. L'UDC n'en veut pas pour la TSR. La gauche prône l'interdiction totale.

La commission s'est toutefois accordée sur un point: ne pas mentionner explicitement dans la loi une interdiction frappant les télévisions étrangères diffusant des fenêtres publicitaires destinées spécialement au public suisse. Il est peu probable que l'Union européenne accepte une telle solution, a indiqué son président Andrea Hämmerle (PS/GR) mardi devant la presse.

Dilemme européen

Pour que la Suisse puisse continuer de participer au programme européen de promotion du cinéma MEDIA, Bruxelles exige qu'elle applique la directive «Télévision sans frontière». Ce texte soumet les fenêtres publicitaires spéciales diffusées en Suisse par les chaînes étrangères uniquement à la législation de leur pays d'origine.

Pour éviter que Berne n'ait plus son mot à dire, le Conseil fédéral a été contraint par le Parlement de renégocier le dossier. Il a obtenu de pouvoir imposer ses propres règles pour autant qu'elles soient proportionnées, non discriminatoires et dans l'intérêt public.

Libéraliser ou interdire

Dans l'optique du gouvernement, cette clause vaudrait pour les réclames religieuses et politiques ainsi que pour les spiritueux et les alcopops, qui n'ont jamais été autorisées en Suisse. Mais pas pour les pubs pour le vin et la bière que toutes les TV, y compris la SSR, devraient pouvoir diffuser. La majorité de la commission s'est ralliée à cette solution.

La gauche aimerait au contraire faire marche arrière et, mis à part la mention des TV étrangères, suivre la voie prise par le Conseil des Etats. Par 22 voix contre 19, ce dernier s'est prononcé en mars pour une interdiction totale de la pub pour l'alcool sur le petit écran. Les diffuseurs locaux devraient alors renoncer aux réclames pour la bière et le vin que la loi leur autorise depuis deux ans.

Opposition de l'UDC

L'UDC aimerait pour sa part faire capoter tout l'exercice (poursuite de la participation suisse à MEDIA, crédit lié de 41 millions de francs et révision de la loi sur la radio télévision). Faute d'obtenir une non-entrée en matière, elle proposera en juin au plénum de limiter la portée de la libéralisation.

La pub pour l'alcool continuerait d'être prohibée sur les ondes de la SSR. L'UDC verrait en revanche d'un bon oeil une levée de l'interdiction faite aux partis politiques de vanter leur mérites via des réclames à la TV.

(ats)

Ton opinion