L'«alerte enfants» à l'étude
Actualisé

L'«alerte enfants» à l'étude

BERNE. «Il faut soigneusement peser le pour et le contre avant de mettre sur pied un système d'«alerte enlèvement» en Suisse.

Le risque est notamment de donner de mauvaises idées à des gens malintentionnés», a expliqué hier le ministre de la Justice, Christoph Blocher, devant le Conseil national. Un rapport sera publié cette année encore et deux motions parlementaires sont pendantes. Christoph Blocher a assuré que, dans le cas de l'enlèvement de la petite Ylenia, une alerte n'aurait pas permis une identification plus rapide et une autre issue.

ap

Ton opinion