L'Algérie s'élève contre le terrorisme
Actualisé

L'Algérie s'élève contre le terrorisme

DELLYS – Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté hier pour dénoncer le terrorisme après les deux attentats qui ont meurtri l'Algérie jeudi et samedi.

Un attentat revendiqué par al-Qaida a fait 37 morts samedi dans la ville de Dellys. Un camion piégé a défoncé une porte d'entrée d'une caserne militaire des gardes-côte et a pénétré une vingtaine de mètres à l'intérieur avant d'exploser. La plupart des victimes sont des garde-côte de la marine algérienne. Trois civils ont aussi été tués et une quarantaine de personnes blessées.

Jeudi, une attaque suicide contre le cortège du président Abdelaziz Bouteflika, à Batna, a fait 20 morts et plus de cent blessés. Ces deux actions ont été revendiquées par la branche d'al-Qaida au Maghreb, affiliée à la nébuleuse terroriste d'Oussama ben Laden. Samedi soir, les services de sécurité ont arrêté deux islamistes armés à Médéa, à 80 km au sud d'Alger. Ils affirment que ces hommes s'apprêtaient à commettre un attentat dans cette ville.

Face à cette recrudescence de la violence, des dizaines de milliers d'Algériens se sont rassemblés hier dans les grandes villes du pays pour dénoncer le terrorisme. Les manifestants ont brandi des portraits du président Bouteflika et appelé à «la cessation de l'effusion de sang». A Alger, le rassemblement s'est déroulé dans une salle omnisports comble pouvant contenir jusqu'à 20 000 personnes. Des orateurs ont stigmatisé «les attaques suicide comme contraires aux valeurs de l'islam».

(ats)

Ton opinion