Guantanamo : L'alimentation forcée en procès
Actualisé

Guantanamo L'alimentation forcée en procès

Une juge fédérale de Washington a ordonné vendredi la publication de 28 vidéos classifiées montrant les procédures d'alimentation forcée à Guantanamo.

Dans un rebondissement spectaculaire deux jours avant une audience-clé sur la procédure controversée de l'alimentation par sonde des grévistes de la faim à Guantanamo, la juge Gladys Kessler donne raison à seize médias qui réclamaient la publication des vidéos filmées à Guantanamo.

Ces 28 vidéos montrent «l'équipe d'extraction de force» menotter le Syrien Abou Dhiab. Ils le conduisent ensuite à la chaise d'alimentation forcée «soit en le portant, soit en l'attachant à une planche, le sanglent sur la chaise, mettent une sonde dans son nez et le nourrissent de force», a rapporté Eric Lewis, l'un des cinq avocats ayant visionné les onze heures d'enregistrement.

Abou Dhiab, un Syrien enfermé sans inculpation ni jugement depuis 2002 et que les autorités américaines ont jugé libérable depuis 2009, a porté plainte pour que cesse son alimentation forcée qu'il juge «inhumaine». Le procès, très attendu, doit s'ouvrir lundi pour deux jours d'audiences devant la juge Kessler au tribunal fédéral de Washington.

«De notre point de vue, c'est extrêmement douloureux et inutile», a encore déclaré Eric Lewis. Ce dernier s'est dit «satisfait du jugement qui trouve un équilibre entre les questions de sécurité et le droit du public à voir ces vidéos très troublantes».

La juge, nommée par le président démocrate Bill Clinton, a déjà rendu un jugement contre le gouvernement, jeudi, en refusant le huis clos pour l'audience sur l'alimentation forcée, comme le réclamait le parquet. Interrogé après le jugement de jeudi, le ministère de la Justice avait dit «examiner cette décision et réfléchir aux options». (ats)

Ton opinion