Révélations: L'Allemagne a aidé à traquer Ben Laden
Actualisé

RévélationsL'Allemagne a aidé à traquer Ben Laden

Les services de renseignement extérieurs allemands ont aidé la CIA à retrouver la trace d'Oussama Ben Laden, tué au Pakistan en 2011, a rapporté dimanche un journal allemand.

1 / 59
20.05 Les Etats-Unis ont déclassifié de nouveaux documents saisis lors du raid contre l'ancien leader de l'organisation terroriste au Pakistan. Ils dévoilent une nouvelle facette du personnage.

20.05 Les Etats-Unis ont déclassifié de nouveaux documents saisis lors du raid contre l'ancien leader de l'organisation terroriste au Pakistan. Ils dévoilent une nouvelle facette du personnage.

AFP/stf
17.05 Selon «Bild am Sonntag», les services de renseignement extérieurs allemands ont aidé la CIA à retrouver la trace d'Oussama Ben Laden au Pakistan, où le chef d'Al-Qaïda a été tué en 2011 par les forces spéciales américaines

17.05 Selon «Bild am Sonntag», les services de renseignement extérieurs allemands ont aidé la CIA à retrouver la trace d'Oussama Ben Laden au Pakistan, où le chef d'Al-Qaïda a été tué en 2011 par les forces spéciales américaines

capture/Bild
11.05.2015 Le journaliste dinvestigation américain Seymour Hersh livre dans une longue enquête une autre version de la mort du chef d'al-Qaïda au Pakistan en 2011.

11.05.2015 Le journaliste dinvestigation américain Seymour Hersh livre dans une longue enquête une autre version de la mort du chef d'al-Qaïda au Pakistan en 2011.

Keystone/AP

Le BND allemand a averti la CIA que Ben Laden se cachait au Pakistan, avec la connaissance des services de sécurité pakistanais, indique le «Bild am Sonntag», dans un article publié alors que les services de renseignement allemands sont critiqués pour un scandale d'écoutes.

La source de l'information, qui a confirmé les soupçons de la CIA, est un informateur du BND travaillant au sein des services de renseignement pakistanais, a ajouté le journal, citant des sources des services américains qu'il n'a pas identifiées.

Informations «d'une importance capitale»

Selon les sources américaines, les informations allemandes ont été «d'une importance capitale» dans la traque du cerveau des attentats du 11 Septembre 2001.

Le Pakistan a démenti savoir que Ben Laden vivait sur son territoire ou avoir été informé à l'avance de l'opération des forces spéciales américaines au cours de laquelle le chef d'al-Qaïda a été tué à Abbottabad.

Récentes «révélations» démenties

Washington avait démenti récemment les informations du journaliste Seymour Hersh selon lesquelles l'administration américaine a collaboré avec les services du renseignement pakistanais pour mener à bien ce raid des forces spéciales américaines contre la résidence où se cachait le chef d'al-Qaïda.

Selon le journal allemand, la CIA a retrouvé par la suite le lieu exact où se trouvait Ben Laden en suivant l'un des messagers du chef d'al-Qaïda, comme l'a affirmé Washington.

Station d'écoute en Bavière

Le journal indique que le BND a également utilisé sa station d'écoute de Bad Aibling, en Bavière, pour surveiller les communications téléphoniques et les courriels dans le nord du Pakistan, pour s'assurer que l'opération des forces spéciales américaines restait secrète.

Le site internet Spiegel Online souligne que l'article sur cet «acte apparent d'héroïsme» des services allemands est publié «en plein scandale de la BND» et se demande s'il est «plausible».

Lien avec la NSA

Le BND a été accusée d'avoir d'avoir espionné pour le compte de la NSA américaine des entreprises européennes et d'avoir surveillé de hauts responsables politiques français ou européens.

Cette affaire a éclaboussé le gouvernement d'Angela Merkel, qui a assuré être prête à s'exprimer devant la commission d'enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur les pratiques d'espionnage.

Demande de contrôles accrus

Le vice-chancelier social-démocrate Sigmar Gabriel, qui a demandé de rendre publics les listings de requêtes de la NSA, a appelé dimanche le gouvernement à faire montre de «fermeté» et à divulguer ces listes même si Washington s'y oppose.

Le ministre de la Justice, Heiko Maas, a pour sa part déclaré au «Welt am Sonntag» qu'il était nécessaire de «soumettre toutes les activités du BND aux contrôles démocratiques».

(afp)

Ton opinion