Fraude fiscale: L'Allemagne durcit ses critiques envers la Suisse
Actualisé

Fraude fiscaleL'Allemagne durcit ses critiques envers la Suisse

Des critiques particulièrement dures ont été publiées mardi dans le quotidien «Süddeutschen Zeitung».

Le ministère allemand des finances reproche à la Suisse de constituer un alibi pour des pays tiers qui ignorent les directives de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) contre les délits fiscaux.

Certains Etats, qui seraient prêts à respecter ces directives, diffèrent leur application en prenant prétexte de l'attitude de la Suisse, précise le ministère allemand.

A la suite de quoi quelque 500 milliards d'euros sont déposés en Suisse, poursuit le journal. Et une partie de cet argent appartient à des Allemands qui ont voulu échapper au fisc de leur pays.

Outre la Suisse, l'Autriche, la Belgique et le Luxembourg, membres de l'OCDE, ne respectent pas, ou du moins pas totalement les standards communs face aux délits fiscaux. Mais selon le ministère des finances, ces trois pays sont plus coopératifs que la Confédération.

De plus, la Suisse accorde aux entreprises étrangères des privilèges fiscaux, entreprises qui se voient prélever des taxes proches de 0 %: une «énorme distorsion de la concurrence», accusent encore les autorités fiscales allemandes.

Le ministre allemand des finances Peer Steinbrück a par ailleurs présenté lundi un projet de loi renforçant l'arsenal juridique contre l'évasion fiscale. L'examen de ce texte par le gouvernement, initialement prévu mercredi, a toutefois été retardé. Il n'aura pas lieu avant la semaine prochaine, ont indiqué des sources gouvernementales à Berlin.

(ats)

Ton opinion